Citations Ne Posaient

Citations Ne Posaient: La plupart du temps, ce n'étaient pas les questions que les gens posaient mais celles qu'ils ne posaient pas, qui les trahissaient. -Jussi Adler-Olsen


Citations Ne Posaient: Où se posaient les hirondelles avant l'invention du téléphone? -Grégoire Lacroix


Citations Ne Posaient: Où se posaient les hirondelles avant l'invention du téléphone ?. -Grégoire Lacroix


Citations Ne Posaient: La plupart des personnages que j'ai pu interpréter se posaient toujours la même question: qui suis-je? -Jason Schwartzman


Citations Ne Posaient: Toutefois dans la religion catholique, ce n'étaient pas les questions qui posaient un problème, mais les réponses. -Éric Giacometti


Citations Ne Posaient: Mais dès qu'elles posaient sur elle leurs yeux affamés, son cœur se refermait, terrorisé. Car celui qui n'aimait pas ne risquait pas non plus de perdre. -Camilla Läckberg


mais-dès-qu'-posaient-leurs-yeux-affamés-cœur-se-refermait-terrorisé-car-celui-n'aimait-ne-risquait-non-plus-de-perdre
Citations Ne Posaient: Les hommes mentiraient moins si les femmes posaient moins de questions ! -proverbe sur les hommes


Citations Ne Posaient: Les hommes mentiraient moins si les femmes posaient moins de questions. -Coluche


Citations Ne Posaient: On lui avait dit que les Normands ne posaient jamais de questions directes, légende croyait-il, mais il avait sous les yeux une pure démonstration de cette fierté du silence. Trop questionner, se dévoiler, c'est cesser d'être un homme. -Fred Vargas


Citations Ne Posaient: De leur causerie, surgissaient des proverbes :La pluie tombe toujours plus fort sur un toit percé ,Le sucre ne sert à rien lorsque c'est du sel qui manque ,Qui ne peut supporter le mal ne vivra pas pour jouir du bien . Ils se posaient des questions de tout genre à tour de rôle. -Fred Bissahou


Citations Ne Posaient: Le fait d'être amoureux nous paraissait indiscutable. Pourtant, au lieu de provoquer un état d'excitation fébrile, il nous rendait presque impassibles. Nous devenions lents, hypnotisés par la nouveauté et la force de ce qui nous arrivait. Je pouvais passer des heures dans une félicité parfaite qui n'avait besoin que des rares mouvements de la robe claire à travers la pièce cuivrée sous le soleil de mars. Voir une natte légèrement bouclée qui scintillait de chaque cheveu, sous un rayon de lumière, me suffisait pour me sentir heureux. Et quand ses yeux, d'un reflet vert et bleu, se posaient sur moi, j'avais l'impression de commencer à exister dans une identité enfin véritablement mienne. -Andreï Makine