Citations Étrennes

Go to Gemtracks Beats
Citations Étrennes: ÉTRENNES : S’indigner contre. -Gustave Flaubert
Citations Étrennes: Au nouvel an, étrennes aux enfants.
au-nouvel-an-étrennes-aux-enfants
Citations Étrennes: Au nouvel an étrennes aux enfants. -Proverbes français
Citations Étrennes: Mignonne, je vous donne ma mort pour vos étrennes. -Louis XIII le Juste
Citations Étrennes: Année : Intervalle compris entre deux périodes d'étrennes. -Philippe Bouvard
année-intervalle-compris-entre-deux-périodes-d'étrennes
Citations Étrennes: Embaumons l'année naissante avec les étrennes du coeur. -Henri Frédéric Amiel
Citations Étrennes: Aux dernières étrennes, j'ai offert une chaise à ma belle-mère. Aux prochaines, je la ferai électrifier. -Pierre Doris
aux-dernières-étrennes-j'ai-offert-une-chaise-à-belle-mère-aux-prochaines-ferai-électrifier
Citations Étrennes: En se mariant à l'aveuglette, comme ils le font presque tous, les époux ressemblent à un enfant à qui l'on donne pour étrennes une boîte à surprise : Séduit par la nouveauté de ce joujou, l'enfant l'accepte avec plaisir ; mais ce n'est jamais qu'après s'en être amusé qu'il sait s'il possède un diable ou un chérubin. -Adolphe Ricard
Citations Étrennes: Dieu donne nous quelqu'un qui nous comprenne, plutôt que quelqu'un qui nous donne des étrennes. -Proverbes marocains
Citations Étrennes: Tous ces cadeaux, en temps d'étrennes, arrivent à remuer plus de tristesses que de joies. Car personne n'est assez riche pour entrer dans l'année nouvelle sans faire beaucoup d'additions ; et plus d'un gémira en secret sur les nids à poussière qu'il aura reçus des uns et des autres et qu'il aura donnés aux uns et aux autres, pour enrichir les marchands. -Alain
Citations Étrennes: Ah ! Quel beau matin, que ce matin des étrennes ! Chacun, pendant la nuit, avait rêvé des siennes Dans quel songe étrange où l’on voyait joujoux, Bonbons habillés d’or, étincelants bijoux, Tourbillonner, danser une danse sonore, Puis fuir sous les rideaux, puis reparaître encore ! On s’éveillait matin, on se levait joyeux, La lèvre affriandée, en se frottant les yeux … On allait, les cheveux emmêlés sur la tête, Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête, Et les petits pieds nus effleurant le plancher, Aux portes des parents tout doucement toucher … On entrait ! …puis alors les souhaits … en chemise, Les baisers répétés, et la gaieté permise !. -Arthur Rimbaud