Vivre, c'est marcher vers la mort ; mais il est permis au condamné d'admirer les fleurs de la route et de distribuer en cheminant les bonnes paroles et les poignées de main à ceux, qui d'un pas inégal, vont au même échafaud que lui.


vivre-c'-marcher-vers-mort-permis-condamné-d'admirer-fleurs-de-route-de-distribuer-cheminant-bonnes-paroles-poignées-de-main-à-d'un
henri-frédéric amielvivrec'estmarcherversmortpermiscondamnéd'admirerfleursderoutedistribuercheminantbonnesparolespoignéesmaind'uninégaléchafaudluic'est marchermarcher versvers lala mortmortest permispermis auau condamnécondamné d'admirerd'admirer lesles fleursfleurs dede lala routeroute etet dede distribuerdistribuer enen cheminantcheminant lesles bonnesbonnes parolesparoles etles poignéespoignées dede mainmain àqui d'und'un paspas inégalau mêmemême échafaudéchafaud queque luic'est marcher versmarcher vers lavers la mortla mortil est permisest permis aupermis au condamnéau condamné d'admirercondamné d'admirer lesd'admirer les fleursles fleurs defleurs de lade la routela route etroute et deet de distribuerde distribuer endistribuer en cheminanten cheminant lescheminant les bonnesles bonnes parolesbonnes paroles etparoles et leset les poignéesles poignées depoignées de mainde main àmain à ceuxqui d'un pasd'un pas inégalvont au mêmeau même échafaudmême échafaud queéchafaud que lui

Tous les hommes recherchent d'être heureux. Cela est sans exception, quelques différents moyens qu'ils y emploient. Ils tendent tous à ce but. Ce qui fait que les uns vont à la guerre et que les autres n'y vont pas est ce même désir qui est dans tous les deux, accompagné de différentes vues. La volonté ne fait jamais la moindre démarche que vers cet objet. C'est le motif de toutes les actions de tous les hommes. Jusqu'à ceux qui vont se pendre.Les gens vont accidentellement marcher sur nos pieds et présenter des excuses, mais les gens aussi marcher partout dans nos cœurs et même pas se rendre compte.Le pickpocket, lui, au moment où il avance la main, doit poser sur sa victime un regard calme, bienveillant, et, après l’avoir bousculée, lui adresser humblement un « Pardon, monsieur » de sa voix la plus naturelle. Mais il ne suffit pas qu’il soit attentif, avisé, adroit, au moment même où il opère – il doit déjà auparavant prouver son intelligence, son expérience des hommes : c’est un psychologue, un physiologue qui classe ses victimes comme bonnes ou mauvaises. Seuls, en effet, les distraits, les naïfs sont dignes d’intérêt, et encore parmi ceux-ci ne sont à retenir que ceux dont la veste est déboutonnée, ceux qui ne marchent pas trop vite et dont il est par conséquent facile de s’approcher sans éveiller l’attention.Ici, les gars, la loi... c'est la taïga. Mais, même ici, on vit. Ceux qui ne font pas de vieux os, au camp, c'est les lèche-gamelles, c'est ceux qui comptent sur l'infirmerie, c'est ceux qui vont frapper à la porte du grand patron.C’est pas les bonnes intentions qui pavent la route de l’enfer. C’est les bonnes raisons qu’on se donne.Je hais les Femmes : Elles me portent sur les nerfs. - Il y a les Femmes d'Intérieur. .. - Ce sont les pires. - Chaque instant est ficelé de Bonheur, - Elles respirent avec méthode - Et pour l'éternité se hâtent à grand pas vers la maison - Où il faut surveiller le dîner. .. - Il y a aussi les douces - Qui disent avec un tendre sourire « l'argent ne fait pas le bonheur » - Et ne cessent de me faire admirer leur robe - En me confiant : « je l'ai faite moi-même ». .. - Et vont épluchant les pages féminines des magazines, - Toujours à essayer de nouvelles recettes. .. - Ah, que je les hais, ces sortes de femmes !.