Un grand homme n'a qu'un souci devenir le plus humain possible, -- disons mieux devenir banal.


un-grand-homme-n'a-qu'un-souci-devenir-plus-humain-possible-disons-mieux-devenir-banal
andré gideungrandhommen'aqu'unsoucidevenirplushumainpossibledisonsmieuxbanalun grandhomme n'an'a qu'unqu'un soucisouci devenirdevenir lele plusplus humainhumain possibledisonsdisons mieuxmieux devenirdevenir banalun grand hommegrand homme n'ahomme n'a qu'unn'a qu'un souciqu'un souci devenirsouci devenir ledevenir le plusle plus humainplus humain possibledisons mieuxdisons mieux devenirmieux devenir banalun grand homme n'agrand homme n'a qu'unhomme n'a qu'un soucin'a qu'un souci devenirqu'un souci devenir lesouci devenir le plusdevenir le plus humainle plus humain possibledisons mieux devenirdisons mieux devenir banalun grand homme n'a qu'ungrand homme n'a qu'un soucihomme n'a qu'un souci devenirn'a qu'un souci devenir lequ'un souci devenir le plussouci devenir le plus humaindevenir le plus humain possibledisons mieux devenir banal

Un grand homme n'a qu'un souci: devenir le plus humain possible, disons mieux: devenir banal.Tout grand homme n'a qu'un souci: devenir banal.Il est difficile de dire à quel moment précis le souci de devenir modeste se sépare de la crainte de devenir ridicule. Mais cette crainte et ce souci se confondent sûrement à l'origine.L'individu est soumis à devenir un homme mais l'homme a le choix de devenir un humain.Un homme âgé n'est plus en devenir social, il est en devenir de vieillissement et de mort, en devenir humain. Il n'a plus à en être, il est au coeur de l'être pur.Il est difficile de dire à quel moment précis le souci de devenir modeste se sépare de la crainte de devenir ridicule.