Travailler est une bénédiction quand cela nous aide à penser à ce que nous sommes en train de faire. Mais cela devient une malédiction quand cela n'a d'autre utilité que de nous éviter de penser au sens de notre vie.


travailler-une-bénédiction-aide-à-penser-à-sommes-train-de-faire-mais-devient-une-malédiction-n'a-d'-utilité-de-éviter-de-penser
paulo coelhotravaillerunebénédictionaidepensersommestraindefairedevientmalédictionn'ad'autreutilitéévitersensvietravailler estest uneune bénédictionbénédiction quandnous aideaide àà penserpenser ànous sommessommes enen traintrain dede fairecela devientdevient uneune malédictionmalédiction quandcela n'an'a d'autred'autre utilitéutilité queque dede nousnous éviteréviter dede penserpenser auau senssens dede notrenotre vietravailler est uneest une bénédictionune bénédiction quandbénédiction quand celacela nous aidenous aide àaide à penserà penser àpenser à ceque nous sommesnous sommes ensommes en trainen train detrain de fairemais cela devientcela devient unedevient une malédictionune malédiction quandmalédiction quand celaquand cela n'acela n'a d'autren'a d'autre utilitéd'autre utilité queutilité que deque de nousde nous éviternous éviter deéviter de penserde penser aupenser au sensau sens desens de notrede notre vie

Travailler est une bénédiction quand cela nous aide à penser à ce que nous sommes en train de faire. Mais cela devient une malédiction quand cela n’a d’autre utilité que de nous éviter de penser au sens de notre vie.Tout le monde a le temps, ce qui manque, c’est le courage. Travailler est une bénédiction quand cela nous aide à penser à ce que nous sommes en train de faire. Mais cela devient une malédiction quand cela n’a d’autre utilité que de nous éviter de penser au sens de notre vie.Travailler est une bénédiction quand cela nous aide à penser à ce que nous sommes en train de faire.Nous sommes enivrées de l’orgueil de la beauté quand nous sommes belles, et de celui de la vertu quand nous sommes vertueuses ; mais quand nous sommes l’un et l’autre, oh ! alors il n’y a plus de bornes à notre vanité, et l’homme qui ose douter de notre force devient un ennemi mortel.Exister est un fait mais vivre est un art. Sans nous demander notre avis, Dieu nous a créés : il nous a donné l’Etre. Donc nous existons. C’est un fait et nous n’y pouvons rien. Maintenant, il nous faut vivre. Et là, nous sommes concernés car nous sommes appelés à devenir les auteurs de notre vie. Telle une œuvre d’art, nous devons tout d’abord la vouloir ; puis l’imaginer, la penser ; enfin la réaliser, la modeler, la sculpter, et cela à travers tous les évènements heureux ou malheureux, qui surviennent sans que nous y puissions rien.Voilà ce que nous sommes censés faire quand nous sommes à notre meilleur - faire tout cela - mais faire place si bien que, plus tard il va se passer de cette façon.