Tout ce qui est rouge est joli tout ce qui est nouveau est beau tout ce qui est habituel est amer tout ce qui est absent est sucré Extrait de La maladie de Chûchulainn cité par Nicolas Bouvier en exergue de son Journal d'Aran.


tout-rouge-joli-nouveau-beau-habituel-amer-absent-sucré-extrait-de-la-maladie-de-chûchulainn-cité-nicolas-bouvier-exergue-de
nicolas bouvierrougejolinouveaubeauhabituelamerabsentsucréextraitdemaladiechchulainnciténicolasbouvierexerguejournald'aranest rougerouge estest jolijoli toutest nouveaunouveau estest beaubeau toutest habituelhabituel estest ameramer toutest absentabsent estest sucrésucré extraitextrait dede lala maladiemaladie dede chûchulainnchûchulainn citécité parpar nicolasnicolas bouvierbouvier enen exergueexergue dede sonson journaljournal d'aranqui est rougeest rouge estrouge est joliest joli toutjoli tout cequi est nouveauest nouveau estnouveau est beauest beau toutbeau tout cequi est habituelest habituel esthabituel est amerest amer toutamer tout cequi est absentest absent estabsent est sucréest sucré extraitsucré extrait deextrait de lade la maladiela maladie demaladie de chûchulainnde chûchulainn citéchûchulainn cité parcité par nicolaspar nicolas bouviernicolas bouvier enbouvier en exergueen exergue deexergue de sonde son journalson journal d'aran

Un noble et pur amour est plus qu'une vertu, c'est la source de tout ce qui est grand, de tout ce qui est beau, de tout ce qui est bien ; c'est un feu qui anime et purifie tous les autres sentiments. Celui-là profane l'amour qui ne l'emploie pas à s'élever, à s'améliorer lui-même avec l'objet aimé.JOLI : S’emploie pour tout ce qui est beau. C’est joliment joli ! est le comble de l’admiration.Une personne qui est imprégnée n'a pas le choix. Dès qu'elle aperçoit l'autre tout son univers change tout à coup y a plus aucune gravité qui nous retient à la planète. C'est elle, c'est tout ce qui importe. On est prêt à tout pour elle, quitte à devenir un autre.Ce n'est pas le sexe qui est impur : c'est la force, la contrainte (Simone Weil : L'amour n'exerce ni ne subit la force ; c'est là l'unique pureté), tout ce qui humilie ou avilit, tout ce qui profane, tout ce qui abaisse, tout ce qui est sans respect, sans douceur, sans égards. La pureté, inversement, n'est pas dans je ne sais quelle ignorance ou absence du désir (ce serait là une maladie, non une vertu !) : elle est dans le désir sans faute et sans violence, le désir accepté, le désir partagé, le désir qui élève et célèbre !.Que ton épouse te soit comme un ange tutélaire ; qu'elle t'éloigne de tout ce qui est bas pour t'élever à tout ce qui est noble. Dans tout ce que tu entreprendras, cherche à mériter son approbation, afin que sa belle âme jouisse de t'avoir pour époux ; honore-la non pas devant les hommes, ce qui est peu important, mais aux yeux de Dieu qui voit tout.Tout ce qui sent la règle, tout ce qui n'est que conduite mesurée, enfin tout ce qui n'est qu'estimable, est trop froid aux yeux de l'amour. Il veut plus de grâces que de vertus. Aussi les amants constants ne sont-ils pas les plus aimés. La constance leur donne quelque chose de grave et d'arrangé qui glace l'amour, qui n'est plus dans son esprit, et qui ne s'ajuste pas à son humeur folâtre.