Tout homme se regarde comme le centre de toutes les combinaisons du globe.


tout-homme-se-regarde-centre-de-toutes-combinaisons-globe
cesare beccariahommeseregardecentredetoutescombinaisonsglobetout hommehomme sese regarderegarde commele centrecentre dede toutestoutes lesles combinaisonscombinaisons dudu globetout homme sehomme se regardese regarde commeregarde comme lecomme le centrele centre decentre de toutesde toutes lestoutes les combinaisonsles combinaisons ducombinaisons du globetout homme se regardehomme se regarde commese regarde comme leregarde comme le centrecomme le centre dele centre de toutescentre de toutes lesde toutes les combinaisonstoutes les combinaisons dules combinaisons du globetout homme se regarde commehomme se regarde comme lese regarde comme le centreregarde comme le centre decomme le centre de toutesle centre de toutes lescentre de toutes les combinaisonsde toutes les combinaisons dutoutes les combinaisons du globe

Si elle était possible, chacun de nous voudrait que les pactes qui lient les autres ne le lient pas lui-même ; tout homme se regarde comme le centre de toutes les combinaisons du globe.Il n'est personne qui ait fait don spontanément d'une partie de sa propre liberté en vue du bien public ; cette chimère n'existe que dans les romans ; si elle était possible, chacun de nous voudrait que les pactes qui lient les autres ne le lient pas lui-même ; tout homme se regarde comme le centre de toutes les combinaisons du globe.Il n'est personne qui ait fait don spontanément d'une partie de sa propre liberté en vue du bien public cette chimère n'existe que dans les romans si elle était possible, chacun de nous voudrait que les pactes qui lient les autres ne le lient pas lui-même tout homme se regarde comme le centre de toutes les combinaisons du globe.Les maisons peuvent brûler, les fortunes sombrer, les pères revenir de voyage, les empires crouler, le choléra ravager la cité, l'amour d'une jeune fille poursuit son vol, comme la nature sa marche, comme cet effroyable acide que la chimie a découvert, et qui peut trouer le globe si rien ne l'absorbe au centre.Homme, tu as regardé la plus triste la plus morne de toutes les fleurs de la terre Et comme aux autres fleurs tu lui as donné un nom. Tu l'as appelée Pensée.