Tout être humain a un potentiel de créativité étouffé par les tâches répétitives, par la nécessité de produire, toujours produire et ensuite consommer. Quand ce cycle ne fonctionne plus, c'est le vide.


tout-être-humain-a-un-potentiel-de-créativité-étouffé-tâches-répétitives-nécessité-de-produire-toujours-produire-ensuite-consommer
claire galloishumainunpotentieldecréativitéétouffétâchesrépétitivesnécessitéproduiretoujoursproduireensuiteconsommercyclenefonctionneplusc'estvidetout êtreêtre humainun potentielpotentiel dede créativitécréativité étoufféétouffé parles tâchestâches répétitivesla nécessiténécessité dede produiretoujours produireproduire etet ensuiteensuite consommerce cyclecycle nene fonctionnefonctionne plusc'est lele videtout être humainhumain a una un potentielun potentiel depotentiel de créativitéde créativité étouffécréativité étouffé parétouffé par lespar les tâchesles tâches répétitivespar la nécessitéla nécessité denécessité de produiretoujours produire etproduire et ensuiteet ensuite consommerquand ce cyclece cycle necycle ne fonctionnene fonctionne plusc'est le vide

Quand on se croit destiné à produire de grandes choses, il est difficile de ne pas les laisser pressentir : le boisseau a toujours des fentes par où passe la lumière. -Honoré de Balzac
quand-on-se-croit-destiné-à-produire-de-grandes-choses-difficile-de-ne-laisser-pressentir-boisseau-a-toujours-fentes-où-passe-lumière
Quand on se croit destiné à produire de grandes choses, il est difficile de ne pas les laisser pressentir: le boisseau a toujours des fentes par où passe la lumière.
quand-on-se-croit-destiné-à-produire-de-grandes-choses-difficile-de-ne-laisser-pressentir-boisseau-a-toujours-fentes-où-passe-lumière