Supprimez la hiérarchie, faussez seulement cette corde, et écoutez quelle dissonance ! Tous les êtres se choquent dans une lutte ouverte. Les eaux, naguère contenues, gonflent leurs seins au-dessus des rives, et inondent ce globe solide. La violence asservit la faiblesse, et le fils brutal frappe son père à mort. La force devient la justice ; ou plutôt le juste et l'injuste, ces éternels adversaires entre lesquels siège l'équité, perdent leur nom, comme l'équité le sien. Alors tout se retranche dans la puissance ; et l'appétit, ce loup universel, ainsi doublement secondé par la volonté et par la puissance, fait nécessairement sa proie de l'univers et finit par se dévorer lui-même.


supprimez-hiérarchie-faussez-cette-corde-écoutez-dissonance-tous-êtres-se-choquent-une-lutte-ouverte-les-eaux-naguère-contenues-gonflent
shakespearesupprimezhiérarchiefaussezcettecordeécoutezdissonanceêtressechoquentunelutteouverteeauxnaguèrecontenuesgonflentleursseinsaudessusrivesinondentglobesolideviolenceasservitfaiblessefilsbrutalfrappepèremortforcedevientjusticeplutôtl'injusteéternelsadversairesentrelesquelssiègel'équitéperdentnoml'équitéretranchepuissancel'appétitloupuniverselainsidoublementsecondévolontépuissancenécessairementproiedel'universfinitdévorerluimêmesupprimez lala hiérarchiefaussez seulementseulement cettecette cordeet écoutezécoutez quellequelle dissonancedissonanceles êtresêtres sese choquentchoquent dansdans uneune luttelutte ouverteles eauxnaguère contenuesgonflent leursleurs seinsdes riveset inondentinondent cece globeglobe solidela violenceviolence asservitasservit lala faiblessele filsfils brutalbrutal frappefrappe sonson pèrepère àà mortla forceforce devientdevient lala justicejusticeou plutôtplutôt leet l'injusteces éternelséternels adversairesadversaires entreentre lesquelslesquels siègesiège l'équitéperdent leurleur nomcomme l'équitél'équité letout sese retrancheretranche dansla puissancepuissanceet l'appétitce louploup universelainsi doublementdoublement secondésecondé parla volontévolonté etla puissancefait nécessairementnécessairement sasa proieproie dede l'universl'univers etet finitfinit parpar sese dévorersupprimez la hiérarchiefaussez seulement cetteseulement cette cordeet écoutez quelleécoutez quelle dissonancequelle dissonancetous les êtresles êtres seêtres se choquentse choquent danschoquent dans unedans une lutteune lutte ouvertegonflent leurs seinset inondent ceinondent ce globece globe solidela violence asservitviolence asservit laasservit la faiblesseet le filsle fils brutalfils brutal frappebrutal frappe sonfrappe son pèreson père àpère à mortla force devientforce devient ladevient la justicela justiceou plutôtou plutôt leplutôt le justejuste et l'injusteces éternels adversaireséternels adversaires entreadversaires entre lesquelsentre lesquels siègelesquels siège l'équitéperdent leur nomcomme l'équité lel'équité le sienalors tout setout se retranchese retranche dansretranche dans ladans la puissancela puissanceet l'appétitce loup universelainsi doublement secondédoublement secondé parsecondé par lapar la volontéla volonté etvolonté et parpar la puissancefait nécessairement sanécessairement sa proiesa proie deproie de l'universde l'univers etl'univers et finitet finit parfinit par separ se dévorer

Supprimez la hiérarchie, faussez seulement cette corde, et écoutez quelle dissonance ! Tous les êtres se choquent dans une lutte ouverte. Les eaux, naguère contenues, gonflent leurs seins au-dessus des rives, et inondent ce globe solide. La violence asservit la faiblesse, et le fils brutal frappe son père à mort. La force devient la justice ; ou plutôt le juste et l'injuste, ces éternels adversaires entre lesquels siège l'équité, perdent leur nom, comme l'équité le sien.Un jour viendra où il n'y aura plus d'autres champs de bataille que les marchés s'ouvrant au commerce et les esprits s'ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le vénérable arbitrage d'un grand sénat souverain qui sera à l'Europe ce que le parlement est à l'Angleterre, ce que la diète est à l'Allemagne, ce que l'assemblée législative est à la France! Un jour viendra où l'on montrera un canon dans les musées comme on y montre aujourd'hui un instrument de torture, en s'étonnant que cela ait pu être! Un jour viendra où l'on verra ces deux groupes immenses, les États-Unis d'Amérique, les États-Unis d'Europe, placés en face l'un de l'autre, se tendant la main par-dessus les mers, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts, leurs génies, défrichant le globe, colonisant les déserts, améliorant la création sous le regard du créateur, et combinant ensemble, pour en tirer le bien-être de tous, ces deux forces infinies, la fraternité des hommes et la puissance de Dieu!Entre rois, entre peuples, entre particuliers, le plus fort se donne des droits sur le plus faible, et la même règle est suivie par les animaux, par la matière, par les éléments, etc., de sorte que tout s’exécute dans l’univers par la violence ; et cet ordre, que nous blâmons avec quelque apparence de justice, est la loi la plus générale, la plus absolue, la plus immuable, et la plus ancienne de la nature.Un jour viendra où l'on verra ces deux groupes immenses, les États-Unis d'Amérique, les Etats-Unis d'Europe, placés en face l'un de l'autre, se tendant la main par-dessus les mers, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts, leurs génies, défrichant le globe, colonisant les déserts, améliorant la création sous le regard du Créateur, et combinant ensemble, pour en tirer le bien-être de tous, ces deux forces infinies, la fraternité des hommes et la puissance de Dieu !.Avant de rien commencer, adresse tes vœux aux immortels, qui seuls peuvent consommer ton ouvrage. C'est en suivant ces pratiques que tu parviendras à connaître par quelle concorde les dieux sont liés aux mortels, quels sont les passages de tous les êtres, et quelle puissance les domine. Tu connaîtras, comme il est juste, que la nature est, en tout, semblable à elle-même. Alors tu cesseras d'espérer ce que tu espérais en vain, et rien ne te sera caché.La puissance qui s'acquiert par la violence n'est qu'une usurpation et ne dure qu'autant que la force de celui qui commande l'emporte sur celle de ceux qui obéissent ; en sorte que si ces derniers deviennent à leur tour les plus forts, et qu'ils secouent le joug, ils le font avec autant de droit et de justice que l'autre qui le leur avait imposé. La même loi qui a fait l'autorité la défait alors : c'est la loi du plus fort.