Si on juge de l'amour par la plupart de ses effets, il ressemble plus à la haine qu'à l'amitié.


si-on-juge-de-l'amour-de-effets-ressemble-plus-à-haine-qu'à-l'amitié
françois de la rochefoucauldonjugedel'amoureffetsressembleplushainequ'àl'amitiési onon jugejuge dede l'amourl'amour parplupart dede sesses effetsil ressembleressemble plusplus àla hainehaine qu'àqu'à l'amitiési on jugeon juge dejuge de l'amourde l'amour parl'amour par lala plupart deplupart de sesde ses effetsil ressemble plusressemble plus àplus à laà la hainela haine qu'àhaine qu'à l'amitiési on juge deon juge de l'amourjuge de l'amour parde l'amour par lal'amour par la plupartpar la plupart dela plupart de sesplupart de ses effetsil ressemble plus àressemble plus à laplus à la haineà la haine qu'àla haine qu'à l'amitiési on juge de l'amouron juge de l'amour parjuge de l'amour par lade l'amour par la plupartl'amour par la plupart depar la plupart de sesla plupart de ses effetsil ressemble plus à laressemble plus à la haineplus à la haine qu'àà la haine qu'à l'amitié

Si on juge de l'amour par la plupart de ses effets? il ressemble plus a de la haine qu'a l'amitiéSi nous voulons juger de l' amour par ses conséquences, il ressemble de plus près à la haine que de l' amitié.La haine ressemble beaucoup à l’amour physique : elle a ses moments de crise et ses périodes de calme.La haine ressemble beaucoup à l'amour physique: elle a ses moments de crise et ses périodes de calme.La colère ressemble, dans ses effets, à ce que le vulgaire appelle amour. Elle s'allume par la présence de l'objet qui l'excite ; elle s'affaiblit par l'absence ; elle se calme lorsqu'elle s'est exhalée ; elle s'éteint par l'habitude de voir l'objet qui la faisait naître.La multitude ne juge des causes que par leurs effets ; un homme supérieur prédit les effets en voyant les causes.