Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n'est pas vain ; c'est là qu'ils doivent être. À présent, donnez-leurs des fondations.


si-avez-construit-châteaux-nuages-travail-n'-vain-c'-là-qu'-doivent-être-À-présent-donnez-leurs-fondations
henry david thoreauavezconstruitchâteauxnuagestravailn'estvainc'estqu'ilsdoiventprésentdonnezleursfondationsvous avezavez construitconstruit desdes châteauxchâteaux dansles nuagesvotre travailtravail n'estn'est paspas vainvainc'estc'est làlà qu'ilsqu'ils doiventdoivent êtreÀ présentdes fondationssi vous avezvous avez construitavez construit desconstruit des châteauxdes châteaux danschâteaux dans lesdans les nuagesvotre travail n'esttravail n'est pasn'est pas vainpas vainc'est làc'est là qu'ilslà qu'ils doiventqu'ils doivent être

Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n'est pas vain; c'est là qu'ils doivent être. À présent, donnez-leurs des fondations.Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n'est pas vain ; c'est làqu'ils doivent être. A présent, donnez-leur des fondations.Si vous avez construit des châteaux dans les airs, votre travail ne doit pas être perdu.Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychotique y vit. Le psychanalyste touche les loyers.C’est une des choses les plus difficiles et les plus nécessaires de la vie que d’apprendre à dédaigner. Le dédain protège et écrase. C’est une cuirasse et une massue. Vous avez des ennemis ? Mais c’est l’histoire de tout homme qui a fait une action grande ou créé une idée neuve. C’est la nuée qui bruit autour de tout ce qui brille. Il faut que la renommée ait des ennemis comme il faut que la lumière ait des moucherons. Ne vous inquiétez pas ; Dédaignez ! Ayez la sérénité dans votre esprit comme vous avez la limpidité dans votre vie. Ne donnez pas à vos ennemis cette joie de penser qu’ils vous affligent et qu’ils vous troublent. Soyez content, soyez joyeux, soyez dédaigneux, soyez fort.Si certains morts revenaient au monde, et s’ils voyaient leurs grands noms portés, et leurs terres les mieux titrées avec leurs châteaux et leurs maisons antiques, possédées par des gens dont les pères étaient peut-être leurs métayers, quelle opinion pourraient-ils avoir de notre siècle ?.