Sais - tu le balancement des nuages, les merveilles de celui qui est parfaite?


sais-balancement-nuages-merveilles-de-celui-parfaite
job 37:16saisbalancementnuagesmerveillesdeceluiparfaitesaisle balancementbalancement desdes nuagesles merveillesmerveilles dede celuicelui quiest parfaitetu le balancementle balancement desbalancement des nuagesles merveilles demerveilles de celuide celui quicelui qui estqui est parfaitetu le balancementtu le balancement desle balancement des nuagesles merveilles de celuimerveilles de celui quide celui qui estcelui qui est parfaitetu le balancement destu le balancement des nuagesles merveilles de celui quimerveilles de celui qui estde celui qui est parfaite

La poésie totale, la poésie parfaite, dit Hugo von Hofmannsthal, « c'est le corps d'un elfe, transparent comme l'air, le messager vigilant qui porte à travers les airs une parole magique : en passant il s'empare du mystère de nuages, des étoiles, des cimes, des vents ; il transmet la formule magique fidèlement, mêlée cependant aux voix mystérieuses des nuages, des étoiles, des cimes et des vents ». Le messager ne fait plus qu'un avec le message. Le monde intime du poète rivalise avec l'univers.Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ? — J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… les merveilleux nuages !.Celui qui observe le vent ne sèmera; et celui qui regarde les nuages ??ne moissonnera.Le sens d'un songe, l'effet des nuages d'automne, La pensée des femmes et le naturel des rois,Nul ne le sais.Je ne suis pas assez naïf pour croire qu'un jour il n'y aura plus d'erreurs judiciaires, dans un sens défavorable ou favorable à celui qu'on accuse. Je sais que la justice ne peut pas être parfaite, car elle est humaine et soumise à toutes les errances, les passions, les faiblesses.J'aime les nuages. Les nuages qui passent. .. là-bas. .. Là-bas les merveilleux nuages !.