Renoncer au rêve d’une vie, à l’ambition d’une existence, au moment précis où l’on touche au but, il n’est que ceux à qui pareille déception arrive pour savoir ce qu’il en coûte.


renoncer-rêve-dune-vie-à-lambition-dune-existence-moment-précis-où-lon-touche-but-n-à-pareille-déception-arrive-savoir-qu-coûte
paul michaudrenoncerrêved’uneviel’ambitionexistencemomentprécisl’ontouchebutn’estpareilledéceptionarrivesavoirqu’ilcoterenoncer auau rêverêve d’uned’une vieà l’ambitionl’ambition d’uned’une existenceau momentmoment précisprécis oùoù l’onl’on touchetouche auau butil n’estn’est quequi pareillepareille déceptiondéception arrivearrive pourpour savoirsavoir cece qu’ilqu’il enen coûterenoncer au rêveau rêve d’unerêve d’une vieà l’ambition d’unel’ambition d’une existenceau moment précismoment précis oùprécis où l’onoù l’on touchel’on touche autouche au butil n’est quen’est que ceuxà qui pareillequi pareille déceptionpareille déception arrivedéception arrive pourarrive pour savoirpour savoir cesavoir ce qu’ilce qu’il enqu’il en coûte

Renoncer au rêve d'une vie, à l'ambition d'une existence, au moment précis où l'on touche au but, il n'est que ceux à qui pareille déception arrive pour savoir ce qu'il en coûte.Le rêve est une seconde vie. Je n’ai pu percer sans frémir ces portes d’ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible. Les premiers instants du sommeil sont l’image de la mort ; un engourdissement nébuleux saisit notre pensée, et nous ne pouvons déterminer l’instant précis où le moi, sous une autre forme, continue l’œuvre de l’existence.Les horaires de la vie devraient prévoir un moment, un moment précis de la journée, où l'on pourrait s'apitoyer sur son sort. Un moment spécifique. Un moment qui ne soit occupé ni par le boulot, ni par la bouffe, ni par la digestion, un moment parfaitement libre, une plage déserte où l’on pourrait mesurer pénard l’étendue du désastre.Le rêve est une seconde vie. Je n’ai pu percer sans frémir ces portes d’ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible. Les premiers instants du sommeil sont l’image de la mort ; un engourdissement nébuleux saisit notre pensée, et nous ne pouvons déterminer l’instant précis où le moi, sous une autre forme continue l’œuvre de l’existence. C’est un souterrain vague qui s’éclaire peu à peu (…) le monde des Esprits s’ouvre pour nous.Il faut une âme forte et riche en générosité pour résister au découragement qui naît de la déception. Les esprits faibles, en pareille occasion, se dégradent et se corrompent ;.Le principe, c’est que chaque jour étant nouveau on ne peut pas s’y préparer à l’avance. Quand j’arrive à l’adolescence, à l’âge adulte, à n’importe quelle période de ma vie, j’y arrive pour la première fois. Alors forcément, je commets des erreurs, c’est inévitable. Il faudrait une première vie pour apprendre, puis revenir pour profiter pleinement d’une existence réfléchie. Sinon, je ne vois pas l’intérêt d’une telle mascarade.