Qui veut vivre à petit bruit, sans soubresauts, sans péril et sans émotion, doit renoncer à l'amour. Il ne doit cultiver que les navets de l'amitié paisible, et le pot au feu de l'affection calme.


qui-veut-vivre-à-petit-bruit-soubresauts-péril-émotion-renoncer-à-l'amour-il-ne-cultiver-navets-de-l'amitié-paisible-pot-feu-de
henri-frédéric amielveutvivrepetitbruitsoubresautspérilémotionrenoncerl'amournecultivernavetsdel'amitiépaisiblepotfeul'affectioncalmequi veutveut vivrevivre àà petitpetit bruitsans soubresautssans périlpéril etsans émotiondoit renoncerrenoncer àà l'amouril nene doitdoit cultivercultiver queles navetsnavets dede l'amitiél'amitié paisiblele potpot auau feufeu dede l'affectionl'affection calmequi veut vivreveut vivre àvivre à petità petit bruitsans péril etpéril et sanset sans émotiondoit renoncer àrenoncer à l'amouril ne doitne doit cultiverdoit cultiver quecultiver que lesque les navetsles navets denavets de l'amitiéde l'amitié paisibleet le potle pot aupot au feuau feu defeu de l'affectionde l'affection calme

La famille, c'est le calme dans la vie, c'est l'affection paisible et sans remords.L'homme qui veut vivre sans soupçon, il se doit bien garder de faire trahison.Connaître la vertu sans la cultiver, accumuler les connaissances sans les approfondir, entendre parler du juste sans le pratiquer, voir ses propres défauts sans y remédier, c'est bien là ce qui me préoccupe !.Tu es un pauvre petit, misérable, sans ambition, sans rien, sans amour, sans passion.En un mot, la poésie ne peut exister sans l'émotion, ou, si l'on veut, sans un mouvement de l'âme qui règle celui des paroles.