Quand peu parler s’accompagne de bien parler, parler juste et profond, le verbe est un trésor, et le silence aussi, puisqu’il le rend possible.


quand-parler-saccompagne-de-bien-parler-parler-profond-verbe-un-trésor-silence-puisqu-rend-possible
michel onfrayparlers’accompagnedebienparlerprofondverbeuntrésorsilencepuisqu’ilrendpossiblepeu parlerparler s’accompagnes’accompagne dede bienbien parlerparler justeet profondle verbeverbe estest unun trésorle silencesilence aussipuisqu’il lele rendrend possiblequand peu parlerpeu parler s’accompagneparler s’accompagne des’accompagne de biende bien parlerparler juste etjuste et profondle verbe estverbe est unest un trésoret le silencele silence aussipuisqu’il le rendle rend possiblequand peu parler s’accompagnepeu parler s’accompagne deparler s’accompagne de biens’accompagne de bien parlerparler juste et profondle verbe est unverbe est un trésoret le silence aussipuisqu’il le rend possiblequand peu parler s’accompagne depeu parler s’accompagne de bienparler s’accompagne de bien parlerle verbe est un trésor

Il faut parler quand le sentiment est trop fort, il faut parler quand le verbe brûle et que l'on risque d'être consumé, bien sûr qu'il faut parler. ..Alternative : À parler de ce que l'on connaît le mieux, on risque de ne parler que de soi. À parler de ce que l'on connaît moins bien, on risque de passer pour un sot. À ne point parler, le risque est pire : celui d'entendre les autres parler d'eux.Parler, parler pour ne rien dire, parler pour faire peur au silence. Parler pour tout dire. Mais on demande toujours trop aux mots. Plus qu'ils ne peuvent dire.J'ai appris l'italien pour parler au pape; l'espagnol pour parler à ma mère; l'anglais pour parler à ma tante; l'allemand pour parler à mes amis; le français pour me parler à moi-même.- Est-ce qu'on peut parler ? - Puisqu'on a des cordes vocales, oui. parler ensemble, non.Parler imprudemment et parler hardiment, est presque toujours la même chose ; mais on peut parler sans prudence, et parler juste ; et il ne faut pas croire qu’un homme a l’esprit faux, parce que la hardiesse de son caractère ou la vivacité de son humeur lui auront arraché, malgré lui-même, quelque vérité périlleuse.