Quand elle court, elle a souvent le mouvement de la Victoire de Samothrace.


quand-court-a-souvent-mouvement-de-victoire-de-samothrace
edgar degascourtsouventmouvementdevictoiresamothraceelle courtsouvent lele mouvementmouvement dede lala victoirevictoire dede samothracequand elle courtelle a souventa souvent lesouvent le mouvementle mouvement demouvement de lade la victoirela victoire devictoire de samothraceelle a souvent lea souvent le mouvementsouvent le mouvement dele mouvement de lamouvement de la victoirede la victoire dela victoire de samothraceelle a souvent le mouvementa souvent le mouvement desouvent le mouvement de lale mouvement de la victoiremouvement de la victoire dede la victoire de samothrace

Toutes les femmes ne sont pas faites pour être mères. Quelle allure aurait la Victoire de Samothrace si elle devait arrêter son essor pour mettre bas?La terre est bornée pour le pêcheur et dans l'ombre, quand il n'y a pas de lune, la rivière est illimitée. Un marin n'éprouve point la même chose pour la mer. Elle est souvent dure et méchante, c'est vrai, mais elle crie, elle hurle, elle est loyale, la grande mer ; tandis que la rivière est silencieuse et perfide. Elle ne gronde pas, elle coule toujours sans bruit et ce mouvement éternel de l'eau qui coule est plus effrayant pour moi que les hautes vagues de l'Océan.L'homme court après la félicité comme un chien court après sa queue, sans s'apercevoir qu'elle lui est inhérente et qu'elle s'éloigne de lui dans les proportions qu'il croit se rapprocher d'elle.Elle court, elle court, la maladie d'amour, dans le cœur des enfants de sept à soixante-dix-sept ans.La renommée, cette sourde sonneuse de fanfares, qui ne s'entend pas elle-même quand elle sonne, car souvent elle s'interromprait.Souvent j’ai eu le temps. C’était quand ma mère vivait. J’étais désagréable avec elle, ingrat, méchant, je me disais : j’aime ma mère. Elle le sait ou elle finira bien par le savoir. J’ai le temps. Elle et moi, l’un quant à l’autre, nous avons le temps. Le temps de quoi ? Moi, de lui prouver que je l’aime et que je mérite son amour. Elle, de reconnaître mon amour d’elle et de me le dire.