Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes : Ils peuvent se tromper comme les autres hommes.


pour-grands-soient-rois-sommes-ils-peuvent-se-tromper-autres-hommes
pierre corneillegrandssoientroissommespeuventsetromperautreshommespour grandsgrands queque soientsoient lesles roisnous sommessommesils peuventpeuvent sese trompertromper commeles autresautres hommespour grands quegrands que soientque soient lessoient les roisque nous sommesnous sommesils peuventils peuvent sepeuvent se tromperse tromper commetromper comme lescomme les autresles autres hommespour grands que soientgrands que soient lesque soient les roisce que nous sommesque nous sommesils peuvent seils peuvent se tromperpeuvent se tromper commese tromper comme lestromper comme les autrescomme les autres hommespour grands que soient lesgrands que soient les roissont ce que nous sommesce que nous sommesils peuvent se tromperils peuvent se tromper commepeuvent se tromper comme lesse tromper comme les autrestromper comme les autres hommes

Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes.Pour que les hommes, tant qu’ils sont des hommes, se laissent assujettir, il faut de deux choses l’une : ou qu’ils y soient contraints, ou qu’ils soient trompés.Nous sommes entourés d'hommes plus forts que nous ; ils peuvent nous nuire de mille manières différentes ; les trois quarts du temps ils peuvent le faire impunément. Quel repos pour nous de savoir qu'il y a dans le cœur de tous ces hommes un principe intérieur qui combat en notre faveur et nous met à couvert de leurs entreprises !.Si les hommes ne sont point capables sur la terre d'une joie plus naturelle, plus flatteuse et plus sensible, que de connaître qu'ils sont aimés, et si les rois sont hommes, peuvent-ils jamais trop acheter le cœur de leurs peuples ?.Nous sommes tellement remplis de mots qu'il nous faut absolument parler : comme s'ils étaient des oiseaux à libérer, comme s'il fallait faire le vide avant de laisser venir en nous d'autres mots. Nous parlons, nous parlons : les uns aux autres, les uns contre les autres, les uns des autres. Les mots s'agitent inutilement entre nous. Ceux que nous osons dire, Ceux que nous gardons pour nous. Ils sont tous là. Nous les avons sur le bout de la langue, au bord des lèvres, derrière la paroi du front, dans la tête. Souvent nous les avons déjà dits et nous les répétons. Ils ne s'usent pas, ils gardent leur pouvoir de transformer, de blesser, ou d'illuminer.