Personne encore n'a remarqué que les sentiments ont une vie qui leur est propre, une nature qui procède des circonstances au milieu desquelles ils sont nés ; ils gardent et la physionomie des lieux où ils ont grandi et l'empreinte des idées qui ont influé sur leurs développements.


personne-n'a-remarqué-sentiments-ont-une-vie-propre-une-nature-procède-circonstances-milieu-desquelles-nés-gardent-physionomie
honoré de balzacpersonnen'aremarquésentimentsontunevieproprenatureprocèdecirconstancesmilieudesquellesnésgardentphysionomielieuxgrandil'empreinteidéesinfluéleursdéveloppementspersonne encoreencore n'an'a remarquéremarqué queles sentimentssentiments ontont uneune vievie quiest propreune naturenature quiqui procèdeprocède desdes circonstancescirconstances auau milieumilieu desquellesdesquelles ilssont nésnésils gardentgardent etla physionomiephysionomie desdes lieuxlieux oùils ontont grandigrandi etet l'empreintel'empreinte desdes idéesidées quiqui ontont influéinflué sursur leursleurs développementspersonne encore n'aencore n'a remarquén'a remarqué queremarqué que lesque les sentimentsles sentiments ontsentiments ont uneont une vieune vie quivie qui leurleur est propreune nature quinature qui procèdequi procède desprocède des circonstancesdes circonstances aucirconstances au milieuau milieu desquellesmilieu desquelles ilsdesquelles ils sontils sont néssont nésils gardentils gardent etgardent et laet la physionomiela physionomie desphysionomie des lieuxdes lieux oùlieux où ilsoù ils ontils ont grandiont grandi etgrandi et l'empreinteet l'empreinte desl'empreinte des idéesdes idées quiidées qui ontqui ont influéont influé surinflué sur leurssur leurs développements