Nous percevons toujours ce qui est nouveau chaussé de nos lunettes du passé et notre vue s'y déforme.


nous-percevons-toujours-nouveau-chaussé-de-nos-lunettes-passé-vue-s'y-déforme
jacques séguélapercevonstoujoursnouveauchaussédenoslunettespassévues'ydéformenous percevonspercevons toujourstoujours ceest nouveaunouveau chausséchaussé dede nosnos lunetteslunettes dudu passépassé etnotre vuevue s'ys'y déformenous percevons toujourspercevons toujours cetoujours ce quiqui est nouveauest nouveau chaussénouveau chaussé dechaussé de nosde nos lunettesnos lunettes dulunettes du passédu passé etpassé et notreet notre vuenotre vue s'yvue s'y déformenous percevons toujours cepercevons toujours ce quitoujours ce qui estce qui est nouveauqui est nouveau chausséest nouveau chaussé denouveau chaussé de noschaussé de nos lunettesde nos lunettes dunos lunettes du passélunettes du passé etdu passé et notrepassé et notre vueet notre vue s'ynotre vue s'y déformenous percevons toujours ce quipercevons toujours ce qui esttoujours ce qui est nouveauce qui est nouveau chausséqui est nouveau chaussé deest nouveau chaussé de nosnouveau chaussé de nos lunetteschaussé de nos lunettes dude nos lunettes du passénos lunettes du passé etlunettes du passé et notredu passé et notre vuepassé et notre vue s'yet notre vue s'y déforme

Nous ne percevons, pratiquement, que par le passé, le présent pur étant l'insaisissable progrès du passé rongeant l'avenir. -Henri Bergson
nous-ne-percevons-pratiquement-passé-présent-pur-étant-l'insaisissable-progrès-passé-rongeant-l'avenir
A vrai dire, toute perception est déjà mémoire. Nous ne percevons pratiquement que le passé, le présent pur étant l'insaisissable progrès du passé rongeant l'avenir. -Haruki Murakami
a-vrai-dire-toute-perception-déjà-mémoire-nous-ne-percevons-pratiquement-passé-présent-pur-étant-l'insaisissable-progrès-passé-rongeant