Notre vie difficile et troublée a plus que jamais besoin d'images sereines. Plus que jamais nous aimons un certain romanesque scientifique, figuré sur les pages des belles entomologies, avec tous les attraits d'une féerique vérité.


notre-vie-difficile-troublée-a-plus-jamais-besoin-d'images-sereines-plus-jamais-aimons-un-certain-romanesque-scientifique-figuré-pages
coletteviedifficiletroubléeplusjamaisbesoind'imagessereinesplusaimonsuncertainromanesquescientifiquefigurépagesbellesentomologiesattraitsd'uneféeriquevériténotre vievie difficiledifficile etet troubléeplus queque jamaisjamais besoinbesoin d'imagesd'images sereinesplus queque jamaisjamais nousnous aimonsaimons unun certaincertain romanesqueromanesque scientifiquefiguré surles pagespages desdes bellesbelles entomologiesles attraitsattraits d'uned'une féeriqueféerique vériténotre vie difficilevie difficile etdifficile et troubléetroublée a plusa plus queplus que jamaisque jamais besoinjamais besoin d'imagesbesoin d'images sereinesplus que jamaisque jamais nousjamais nous aimonsnous aimons unaimons un certainun certain romanesquecertain romanesque scientifiquefiguré sur lessur les pagesles pages despages des bellesdes belles entomologiestous les attraitsles attraits d'uneattraits d'une féeriqued'une féerique vérité

Puisque toutes nos erreurs viennent de nos jugements, il est clair que si nous n’avions jamais besoin de juger, nous n’aurions nul besoin d’apprendre ; nous ne serions jamais dans le cas de nous tromper ; nous serions plus heureux de notre ignorance que nous ne pouvons l’être de notre savoir. Qui est-ce qui nie que les savants ne sachent mille choses vraies que les ignorants ne sauront jamais ? Les savants sont-ils pour cela plus près de la vérité ? Tout au contraire, ils s’en éloignent en avançant ; parce que, la vanité de juger faisant encore plus de progrès que les lumières, chaque vérité qu’ils apprennent ne vient qu’avec cent jugements faux. Il est de la dernière évidence que les compagnies savantes de l’Europe ne sont que des écoles publiques de mensonges ; et très sûrement il y a plus d’erreurs dans l’Académie des sciences que dans tout un peuple de Hurons.L'existence n'a guère d'intérêt que dans les journées où la poussière des réalités est mêlée de sable magique, où quelque vulgaire incident devient un ressort romanesque. Tout un promontoire du monde inaccessible surgit alors de l'éclairage du songe, et entre dans notre vie, dans notre vie où comme le dormeur éveillé nous voyons les personnes dont nous avions si ardemment rêvé que nous avions cru que nous ne les verrions jamais qu'en rêve.Nous n'aimons jamais vraiment quelqu'un. Nous aimons uniquement l'idée que nous nous faisons de ce quelqu'un. Ce que nous aimons, c'est un concept forgé par nous - et en fin de compte, c'est nous-mêmes. Cela est vrai à tous les degrés de l'amour.La vie n'est jamais belle ; seules les images de la vie sont belles.La vie n'est jamais belle; seules les images de la vie sont belles.La manière chercheuse, anxieuse, exigeante que nous avons de regarder la personne que nous aimons, notre attente de la parole qui nous donnera ou nous ôtera l'espoir d'un rendez-vous pour le lendemain, et, jusqu'à ce que cette parole soit dite, notre imagination alternative, sinon simultanée, de la joie et du désespoir, tout cela rend notre attention en face de l'être aimé trop tremblante pour qu'elle puisse obtenir de lui une image bien nette. Peut-être aussi cette activité de tous les sens à la fois et qui essaye de connaître avec les regards seuls ce qui est au-delà d'eux, est-elle trop indulgente aux mille formes, à toutes les saveurs, aux mouvements de la personne vivante que d'habitude, quand nous n'aimons pas, nous immobilisons. Le modèle chéri, au contraire, bouge ; on n'en a jamais que des photographies manquées.