Mon idéal, ce serait de travailler tranquille, de manger toujours du pain, d’avoir un trou un peu propre pour dormir, vous savez un lit, une table et deux chaises, pas davantage….


mon-idéal-serait-de-travailler-tranquille-de-manger-toujours-pain-d-un-trou-un-propre-dormir-savez-un-lit-une-table-deux-chaises-davantage
Émile zolaidéalseraitdetravaillertranquillemangertoujourspaind’avoiruntroupropredormirsavezlitunetabledeuxchaisesdavantage…mon idéalce seraitserait dede travaillertravailler tranquillede mangermanger toujourstoujours dudu paind’avoir unun troutrou unun peupeu proprepropre pourpour dormirvous savezsavez unun litune tabletable etet deuxdeux chaisespas davantage…ce serait deserait de travaillerde travailler tranquillede manger toujoursmanger toujours dutoujours du paind’avoir un trouun trou untrou un peuun peu proprepeu propre pourpropre pour dormirvous savez unsavez un litune table ettable et deuxet deux chaises

Il ne suffit pas, au besoin de solitude, qu'on soit assis seul à une table. Il faut encore qu'il y ait des chaises vides autour. Si le garçon vient m'enlever une de ces chaises sur lesquelles personne n'est assis, je ressens un vide ; et ma nature sociale se réveille. Je ne peux pas vivre sans chaises libres.L'emploi du temps de mon chien est très chargé mine de rien, dormir-manger-jouer-dormir-manger-dormir, ce qui m'épate, c'est qu'il ne s'embrouille jamais...Travailler plus, pour gagner plus ! Martelait celui qui n'a pas multiplié le pain de tous, mais uniquement son propre salaire, quand le chômage affamait un nombre croissant de Français. Française d'adoption, j'ai eu honte quand j'ai appris que le héros national, censé veiller sur le bien-être des citoyens, servait à table en commençant par sa propre assiette.Laissez la table pendant que vous vous sentez toujours que vous pourriez manger un peu plus.Vous savez, travailler en tant qu'acteur, je travaille toujours au sein de ma propre imagination.Vous croyez tous bien savoir ce que c’est que dormir et ce que c’est que s’éveiller ; mais pourtant non. Dormir, ce n’est pas avoir les yeux fermés et rester immobile ; car vous savez qu’on dort parfois les yeux ouverts et tout en se promenant ; de plus, un homme très éveillé et très attentif peut avoir les yeux fermés et être immobile ; Archimède dormait moins que le soldat. Dormir, ce n’est pas non plus ne pas connaître et ne pas se connaître ; car vous savez qu’en dormant souvent l’on rêve, et qu’en rêvant, on se reconnaît soi-même, on reconnaît les autres hommes, les choses, le ciel, les arbres, la mer.