Lorsqu'un commerçant affirme que le client est roi, méfions-nous de la guillotine.


lorsqu'un-commerçant-affirme-client-roi-méfions-de-guillotine
robert sabatierlorsqu'uncommerantaffirmeclientroiméfionsnousdeguillotinelorsqu'un commerçantcommerçant affirmeaffirme quele clientclient estest roide lala guillotinelorsqu'un commerçant affirmecommerçant affirme queaffirme que leque le clientle client estclient est roide la guillotinelorsqu'un commerçant affirme quecommerçant affirme que leaffirme que le clientque le client estle client est roilorsqu'un commerçant affirme que lecommerçant affirme que le clientaffirme que le client estque le client est roi

La guerre devrait être particulièrement odieuse au commerçant puisqu'elle détruit le client.C’est singulier, le verbe guillotiner ne peut pas se conjuguer dans tous ses temps ; on peut bien dire : Je serai guillotiné, tu seras guillotiné, mais on ne dit pas : J’ai été guillotiné.Méfions-nous : plus nous nous élevons haut, plus nous semblons petits à ceux qui ne savent pas voler.Faire rire ! Devenir un roi du rire ! C’est moins effrayant que d’être guillotiné, mais c’est aussi infamant.Cependant nous nous méfions beaucoup la sincérité de ceux que nous conversons avec, mais encore nous pensons qu'ils disent plus de vérité pour nous que pour quelqu'un d' autre.Le point de départ est de savoir ce que le client considère comme étant une valeur. Le client n'achète jamais ce que le fournisseur vend. Ce qui représente de la valeur pour un client est toujours quelque chose de très différent de la valeur ou de la qualité pour le fournisseur.