L’esprit s’attache par paresse et par constance à ce qui lui est facile ou agréable, cette habitude met toujours des bornes à nos connaissances, et jamais personne ne s’est donné la peine d’étendre et de conduire son esprit aussi loin qu’il pourrait.


lesprit-sattache-paresse-constance-à-lui-facile-agréable-cette-habitude-met-toujours-bornes-à-nos-connaissances-jamais-personne-ne-s
la rochefoucauldl’esprits’attacheparesseconstanceluifacileagréablecettehabitudemettoujoursbornesnosconnaissancesjamaispersonnenes’estdonnépeined’étendredeconduireespritloinqu’ilpourraitl’esprit s’attaches’attache parpar paresseparesse etpar constanceconstance àqui luilui estest facilefacile ouou agréablecette habitudehabitude metmet toujourstoujours desdes bornesbornes àà nosnos connaissanceset jamaisjamais personnepersonne nene s’ests’est donnédonné lala peinepeine d’étendred’étendre etet dede conduireconduire sonson espritesprit aussiaussi loinloin qu’ilqu’il pourraitl’esprit s’attache pars’attache par paressepar paresse etparesse et paret par constancepar constance àconstance à cece qui luiqui lui estlui est facileest facile oufacile ou agréablecette habitude methabitude met toujoursmet toujours destoujours des bornesdes bornes àbornes à nosà nos connaissanceset jamais personnejamais personne nepersonne ne s’estne s’est donnés’est donné ladonné la peinela peine d’étendrepeine d’étendre etd’étendre et deet de conduirede conduire sonconduire son espritson esprit aussiesprit aussi loinaussi loin qu’illoin qu’il pourrait

L'esprit s'attache par paresse et par constance à ce qui lui est facile ou agréable, cette habitude met toujours des bornes à nos connaissances, et jamais personne ne s'est donné la peine d'étendre et de conduire son esprit aussi loin qu'il pourraitL’esprit s’attache par paresse et par constance à ce qui lui est facile ou agréable ; cette habitude met toujours des bornes à nos connaissances, et jamais personne ne s’est donné la peine d’étendre et de conduire son esprit aussi loin qu’il pourrait aller.Le monde ne marche que par le malentendu. C'est par le malentendu universel que tout le monde s'accorde. Car si, par malheur, on se comprenait, on ne pourrait jamais s'accorder. L'homme d'esprit, celui qui ne s'accordera jamais avec personne, doit s'appliquer à aimer la conversation des imbéciles et la lecture des mauvais livres. Il en tirera des jouissances amères qui compenseront largement sa fatigue.Par ne rien faire, j'entends ne rien faire d'irréfléchi ou de contraint, ne rien faire de guidé par l'habitude ou la paresse. Par ne rien faire, j'entends ne faire que l'essentiel, penser, lire, écouter de la musique, faire l'amour, me promener, aller à la piscine, cueillir des champignons. Ne rien faire, contrairement à ce que l'on pourrait imaginer un peu vite, exige méthode et discipline, ouverture d'esprit et concentration.L'esprit est au corps ce qu'est l'abeille à la ruche : toujours en dehors, toujours à l'aventure d'un parfum ou d'un songe. L'esprit va en avant-garde dans le monde. La chair fait son miel avec ce que lui ramène l'esprit. La chair se nourrit des substances prélevées par l'esprit dans le monde éternel, la chair se nourrit de pureté et de vérité.L’intérêt, non l’esprit, est le sel de la conversation ; l’esprit n’y est, je crois, agréable, qu’autant qu’il met en jeu les passions, à moins que lui-même ne soit la passion de ceux qui parlent.