Les traces que le souvenir de nos infortunes imprime dans le champ de la vie, sont comme les sillons creusés par la main du laboureur dans un champ cultivé. Sans ceux-ci point de riches moissons, sans celles-là point d'abondantes récoltes pour l'expérience.


les-traces-souvenir-de-nos-infortunes-imprime-champ-de-vie-sillons-creusés-main-laboureur-un-champ-cultivé-sans-point-de-riches
félix bogaertstracessouvenirdenosinfortunesimprimechampviesillonscreusésmainlaboureuruncultivéceuxcipointrichesmoissonscelleslàd'abondantesrécoltesl'expérienceles tracestraces quele souvenirsouvenir dede nosnos infortunesinfortunes imprimeimprime dansle champchamp dede lala vieles sillonssillons creuséscreusés parla mainmain dudu laboureurlaboureur dansdans unun champchamp cultivépoint dede richesriches moissonspoint d'abondantesd'abondantes récoltesrécoltes pourpour l'expérienceles traces quetraces que leque le souvenirle souvenir desouvenir de nosde nos infortunesnos infortunes imprimeinfortunes imprime dansimprime dans ledans le chample champ dechamp de lade la viecomme les sillonsles sillons creuséssillons creusés parcreusés par lapar la mainla main dumain du laboureurdu laboureur danslaboureur dans undans un champun champ cultivépoint de richesde riches moissonspoint d'abondantes récoltesd'abondantes récoltes pourrécoltes pour l'expérience