Les nouvelles sont comme les feuilles d'automne. Le vent qui les porte les malmène.


les-nouvelles-feuilles-d'automne-le-vent-porte-malmène
christian bobinnouvellesfeuillesd'automneventportemalmèneles nouvellesnouvelles sontles feuillesfeuilles d'automnele ventvent quiles porteporte lesles malmèneles nouvelles sontnouvelles sont commecomme les feuillesles feuilles d'automnele vent quivent qui lesqui les porteles porte lesporte les malmèneles nouvelles sont commenouvelles sont comme lessont comme les feuillescomme les feuilles d'automnele vent qui lesvent qui les portequi les porte lesles porte les malmèneles nouvelles sont comme lesnouvelles sont comme les feuillessont comme les feuilles d'automnele vent qui les portevent qui les porte lesqui les porte les malmène

La dame de l'automne écrase les feuilles mortes Dans l'allée des souvenirs : C'était ici ou là. .. le vent passe et emporte Les feuilles de nos désirs. O vent, emporte aussi mon cœur : il est si lourd !.A l'automne des saisons, ce sont les feuilles qui meurent. A l'automne de la vie, ce sont nos souvenirs.La génération des hommes est semblable à celle des feuilles. Le vent répand les feuilles sur la terre, et la forêt germe et en produit de nouvelles, et le temps du printemps arrive.Les vents des deux mers et des deux continents sont si rudes qu'ils font tourbillonner les pensées comme feuilles mortes dans le patio. Et les mots se bousculent en bruissant, autres feuilles mortes secouées par le vent.Eugène Onéguine de Alexandre Pouchkine Mais il est triste de se dire Qu'on a gaspillé sa jeunesse, Qu'on l'a trahie à chaque instant Et qu'elle nous l'a bien rendu, Que les meilleurs de nos désirs, Que les plus pures rêveries Sont allés à la pourriture Comme les feuilles de l'automne.Les feuilles mortes, que le vent d'automne faisait tournoyer à mes pieds, étaient semblables à mes pauvres espoirs envolés.