Les noix ont fort bon goût, mais il faut les ouvrir.,Souvenez-vous que, dans la vie,,Sans un peu de travail on n'a point de plaisir.


les-noix-ont-fort-goût-faut-ouvrirsouvenez-viesans-un-de-travail-on-n'a-point-de-plaisir
jean-pierre floriannoixontfortgotfautouvrirsouvenezvousviesansundetravailonn'apointplaisirles noixnoix ontont fortfort bonbon goûtil fautfaut lesun peupeu dede travailtravail onon n'an'a pointpoint dede plaisirles noix ontnoix ont fortont fort bonfort bon goûtmais il fautil faut lesun peu depeu de travailde travail ontravail on n'aon n'a pointn'a point depoint de plaisirles noix ont fortnoix ont fort bonont fort bon goûtmais il faut lesun peu de travailpeu de travail onde travail on n'atravail on n'a pointon n'a point den'a point de plaisirles noix ont fort bonnoix ont fort bon goûtun peu de travail onpeu de travail on n'ade travail on n'a pointtravail on n'a point deon n'a point de plaisir

Les noix ont fort bon goût, mais il faut les ouvrir. Souvenez-vous que, dans la vie, Sans un peu de travail on n'a point de plaisir.Les noix ont fort bon goût, mais il faut les ouvrir.On dit qu'il ne faut point disputer des goûts, et on a raison, quand il n'est question que du goût sensuel, de la répugnance qu'on a pour une certaine nourriture, de la préférence qu'on donne à une autre : on n'en dispute point, parce qu'on ne peut corriger un défaut d'organes. Il n'en est pas de même dans les arts : comme ils ont des beautés réelles, il y a un bon goût qui les discerne, et un mauvais goût qui les ignore ; et on corrige souvent le défaut d'esprit qui donne un goût de travers. Il y a aussi des âmes froides, des esprits faux, qu'on ne peut ni échauffer, ni redresser. C'est avec eux qu'il ne faut point disputer des goûts, parce qu'ils n'en ont point.Alors, j'ai besoin de faire le point. Mais il faut que je commence un peu avant le commencement pour que vous compreniez quel sombre merdier était déjà mon quotidien avant les évènements. Il faut que je vous décrive le mur avant d'ouvrir la porte.Il faut comprendre que bon nombre de politiques français qui sollicitent notre vote sont des types qui n’ont jamais réellement travaillé. Hallucinant. Ils n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise. Ils ont bossé dans l’administration mais n’ont jamais rien géré : ils n’ont jamais été responsables de leur travail. Et ce sont les mêmes qui parlent de l’économie, de la vie... C’est le monde de l’imposture.