Les hommes trouvent des motifs de défiance dans leur ignorance et dans leurs vices, et des motifs de confiance dans leurs lumières et leurs vertus. La défiance est le partage des aveugles.


les-hommes-trouvent-motifs-de-défiance-ignorance-leurs-vices-motifs-de-confiance-leurs-lumières-leurs-vertus-la-défiance-partage
joseph jouberthommestrouventmotifsdedéfianceignoranceleursvicesconfiancelumièresvertuspartageaveuglesles hommeshommes trouventtrouvent desdes motifsmotifs dede défiancedéfiance dansleur ignoranceignorance etdans leursleurs vicesdes motifsmotifs dede confianceconfiance dansdans leursleurs lumièreslumières etet leursleurs vertusla défiancedéfiance estle partagepartage desdes aveuglesles hommes trouventhommes trouvent destrouvent des motifsdes motifs demotifs de défiancede défiance dansdéfiance dans leurdans leur ignoranceleur ignorance etignorance et danset dans leursdans leurs viceset des motifsdes motifs demotifs de confiancede confiance dansconfiance dans leursdans leurs lumièresleurs lumières etlumières et leurset leurs vertusla défiance estdéfiance est leest le partagele partage despartage des aveugles

Si les femmes n'ont pas toutes les vertus, elles en ont du moins davantage que les hommes ; elles ont plus de courage qu'eux dans leurs maux et dans la difficulté, plus de résignation dans leurs malheurs, plus de stabilité dans leurs sentiments, plus de profondeur dans leurs affections, plus d'héroïsme dans leur dévouement, plus de douceur et de sensibilité, plus de bonté et de pudeur que bien des hommes.En considérant l’extrême faiblesse des hommes, les incompatibilités de leur fortune avec leur humeur, leurs malheurs toujours plus grands que leurs vices, et leurs vertus toujours moindres que leurs devoirs, je conclus qu’il n’y a de juste que la loi de l’humanité, et que le tempérament de l’indulgence.À toutes les fantaisies des femmes, les gens habiles doivent d'abord dire oui, et leur suggérer les motifs du non en leur laissant l'exercice de leur droit de changer à l'infini leurs idées, leurs résolutions et leurs sentiments.Les vrais amis sont ceux qui mêlent leur confiance réciproque, leurs pensées et leurs rêves, leurs vertus comme leurs bonheurs et leurs souffrances, libres de se séparer toujours et ne se séparant jamais.Il y a des hommes qui, par leurs sentiments, appartiennent au temps passé, et par leurs pensées à l'avenir. Ceux-là trouvent difficilement leur place dans le présent.Il n'y a que trop de Narcisses dans le monde, de ces gens amoureux d'eux-mêmes. Ils sont perdus s'ils trouvent dans leurs amis de la complaisance. Prévenus de leur mérite, remplis d'une idée qui leur est chère, ils passent leur vie à s'admirer. Que faudrait-il pour les guérir d'une folie qui semble incurable ? Il ne faudrait que les faire apercevoir du petit nombre de leurs rivaux ; que leur faire sentir leurs faiblesses ; que mettre leurs vices dans le point de vue qu'il faut pour les faire voir, que se joindre à eux contre eux-mêmes, et leur parler dans la simplicité de la vérité.