Les balances de la justice trébuchent; et pourtant l'on dit: raide comme la justice. La justice serait-elle ivre?


les-balances-de-justice-trébuchent-pourtant-l'on-dit-raide-justice-la-justice-serait-ivre
alfred jarrybalancesdejusticetrébuchentpourtantl'onditraidejusticeseraitelleivreles balancesbalances dede lala justicejustice trébuchentet pourtantpourtant l'onl'on ditraide commela justicela justiceles balances debalances de lade la justicela justice trébuchentet pourtant l'onpourtant l'on ditraide comme lacomme la justiceles balances de labalances de la justicede la justice trébuchentet pourtant l'on ditraide comme la justiceles balances de la justicebalances de la justice trébuchent

La justice, elle n'existe pas. Il y a rêve de justice dans l'esprit de certains hommes, c'est tout.Gouverner, c'est maintenir les balances de la justice égales pour tous.La justice est sociale. Il n'y a que de mauvais esprits pour la vouloir humaine et sensible. On l'administre avec des règles fixes et non avec les frissons de la chair et les clartés de l'intelligence. Surtout ne lui demandez pas d'être juste, elle n'a pas besoin de l'être puisqu'elle est justice, et je vous dirai même que l'idée d'une justice juste n'a pu germer que dans la tête d'un anarchiste.On a déclaré qu'il fallait d'abord la justice et que, pour la liberté, on verrait après ; comme si des esclaves pouvaient jamais espérer obtenir la justice.On a déclaré qu'il fallait d'abord la justice et que, pour la liberté, on verrait après comme si des esclaves pouvaient jamais espérer obtenir la justice.La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique. La justice sans force est contredite, parce qu'il y a toujours des méchants. La force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste.