Le roman est le récit d’une modification. Celle du personnage principal, le plus souvent, ou bien, s’il est un monstre d’indifférence, celle des personnages qui l’entourent. Quoi qu’il en soit, dans un roman, quelque chose s’est transformé à la fin.


le-roman-récit-dune-modification-celle-personnage-principal-plus-souvent-bien-s-un-monstre-dindifférence-celle-personnages-lentourent-quoi
charles dantzigromanrécitd’unemodificationcellepersonnageprincipalplussouventbiens’ilunmonstred’indifférencecellepersonnagesl’entourentquoiqu’ilsoitromanquelquechoses’esttransforméfinle romanroman estle récitrécit d’uned’une modificationcelle dudu personnagepersonnage principalle plusplus souventou biens’il estest unun monstremonstre d’indifférencecelle desdes personnagespersonnages quiqui l’entourentquoi qu’ilqu’il enen soitdans unun romanquelque chosechose s’ests’est transformétransformé àla finle roman estroman est leest le récitle récit d’unerécit d’une modificationcelle du personnagedu personnage principalle plus souvents’il est unest un monstreun monstre d’indifférencecelle des personnagesdes personnages quipersonnages qui l’entourentquoi qu’il enqu’il en soitdans un romanquelque chose s’estchose s’est transformés’est transformé àtransformé à laà la fin