Le fleuve coule de siècle en siècle et les histoires des hommes ont lieu sur la rive. Elles ont lieu pour être oubliées demain et que le fleuve n'en finisse pas de couler.


le-fleuve-coule-de-ècle-ècle-histoires-hommes-ont-lieu-rive-elles-ont-lieu-être-oubliées-demain-fleuve-n'-finisse-de-couler
milan kunderafleuvecouledesièclehistoireshommesontlieuriveoubliéesdemainn'enfinissecoulerle fleuvefleuve coulecoule dede sièclesiècle enen sièclesiècle etles histoireshistoires desdes hommeshommes ontont lieulieu surla riveelles ontont lieulieu pourpour êtreêtre oubliéesoubliées demaindemain etle fleuvefleuve n'enn'en finissefinisse paspas dede coulerle fleuve coulefleuve coule decoule de sièclede siècle ensiècle en siècleen siècle etsiècle et leset les histoiresles histoires deshistoires des hommesdes hommes onthommes ont lieuont lieu surlieu sur lasur la riveelles ont lieuont lieu pourlieu pour êtrepour être oubliéesêtre oubliées demainoubliées demain etdemain et queque le fleuvele fleuve n'enfleuve n'en finissen'en finisse pasfinisse pas depas de couler

Pour l'homme qu'entraîne le fleuve, les rives ont l'air de se mouvoir ; qui est sur la rive voit couler le fleuve. Les contemporains sont sur la rive à l'égard du passé, ils sont dans le fleuve à l'égard du présent qui les emporte.La plupart des grands personnages ont été les hommes de leur siècle les plus éloquents ; les auteurs des plus beaux systèmes, les chefs de parti et de sectes, ceux qui ont eu dans tous les temps le plus d’empire sur l’esprit des peuples, n’ont dû la meilleure partie de leur succès qu’à l’éloquence vive et naturelle de leur âme Il ne paraît pas qu’ils aient cultivé la poésie avec le même bonheur: c’est que la poésie ne permet guère que l’on se partage, et qu’un art si sublime et si pénible se peut rarement allier avec l’embarras des affaires et les occupations tumultuaires de la vie ; au lieu que l’éloquence se mêle partout, et qu’elle doit la plus grande partie de ses séductions à l’esprit de médiation et de manège, qui forme les hommes d’État et les politiques, etc.De tout temps les hommes, pour quelque morceau de terre de plus ou de moins, sont convenus entre eux de se dépouiller, se brûler, se tuer, s'égorger les uns les autres ; et pour le faire plus ingénieusement et avec plus de sûreté, ils ont inventé de belles règles qu'on appelle l'art militaire ; ils ont attaché à la pratique de ces règles la gloire ou la plus solide réputation ; et ils ont depuis renchéri de siècle en siècle sur la manière de se détruire réciproquement. De l'injustice des premiers hommes, comme de son unique source, est venue la guerre, ainsi que la nécessité où ils se sont trouvés de se donner des maîtres qui fixassent leurs droits et leurs prétentions. Si, content du sien, on eût pu s'abstenir du bien de ses voisins, on avait pour toujours la paix et la liberté.L'imprimerie à été la cause de toutes les révolutions qui ont eu lieu depuis et des résultats qu'elles ont eu.On se prend à rêver Que les mots ne sont pas A l'aval de ce fleuve, fleuve de paix, Trop pour le monde.Les proverbes sont un trésor, un patrimoine, un corps de recettes qu'on se repasse de siècle en siècle pour ne pas être trop malmené par le monde, un bréviaire pour le commun des mortels, un guide des embûches quotidiennes.