Le cliché est un mot de passe commode en conversation pour se passer de sentir.


le-cliché-un-de-passe-commode-conversation-se-passer-de-sentir
max jacobclichéundepassecommodeconversationsepassersentirle clichécliché estest unun motmot dede passepasse commodecommode enen conversationconversation pourpour sese passerpasser dede sentirle cliché estcliché est unest un motun mot demot de passede passe commodepasse commode encommode en conversationen conversation pourconversation pour sepour se passerse passer depasser de sentirle cliché est uncliché est un motest un mot deun mot de passemot de passe commodede passe commode enpasse commode en conversationcommode en conversation pouren conversation pour seconversation pour se passerpour se passer dese passer de sentirle cliché est un motcliché est un mot deest un mot de passeun mot de passe commodemot de passe commode ende passe commode en conversationpasse commode en conversation pourcommode en conversation pour seen conversation pour se passerconversation pour se passer depour se passer de sentir

Pour passer d'un mot à un autre, l'homme y passe parfois toute une vie.En turc,le mot muhabbet signifie à la fois conversation et amour.Pour l'un et l'autre,on dit:faire muhabbet.J'aime l'idée que la conversation est comme une fenêtre donnant sur le cœur et l'esprit.La critique est une chose bien commode: on attaque avec un mot, il faut des pages pour se défendre.La critique est une chose bien commode : on attaque avec un mot, il faut des pages pour se défendre.Un meilleur ami est quelqu'un que vous pouvez vous asseoir sans jamais dire un mot, se lever à pied et se sentir comme il était la meilleure conversation que vous avez jamais eu.À direil est de notoriété publique que , on ne fait qu’invoquer un cliché, que commencer à banaliser l’expérience, et ce qui est insupportable, c’est l’autorité sentencieuse des gens quand ils répètent ce cliché. Ce que nous savons, hors clichés, c’est que personne ne sait rien. On ne peut rien savoir. Même les choses que l’on sait, on ne les sait pas. Les intentions, les mobiles, la logique interne, le sens des actes ? C’est stupéfiant, ce que nous ne savons pas. Et plus stupéfiant encore, ce qui passe pour savoir.