Le berceau balance au-dessus d'un abîme, et le sens commun nous apprend que notre existence n'est que la mince lumière d'une fente entre deux éternités de ténèbres.


le-berceau-balance-dessus-d'un-abîme-sens-commun-apprend-existence-n'-mince-lumière-d'une-fente-entre-deux-éternités-de-ténèbres
vladimir nabokovberceaubalanceaudessusd'unabîmesenscommunapprendexistencen'estmincelumièred'unefenteentredeuxéternitésdeténèbresle berceauberceau balanced'un abîmele senssens communcommun nousnous apprendapprend quenotre existenceexistence n'estn'est quela mincemince lumièrelumière d'uned'une fentefente entreentre deuxdeux éternitéséternités dede ténèbresle berceau balanceet le sensle sens communsens commun nouscommun nous apprendnous apprend queapprend que notreque notre existencenotre existence n'estexistence n'est quen'est que laque la mincela mince lumièremince lumière d'unelumière d'une fented'une fente entrefente entre deuxentre deux éternitésdeux éternités deéternités de ténèbres

Notre existence se trouve entre deux éternités.Frère Sam pensait que la lumière pouvait tenir les ténèbres à distance. Moi il me semble que l'on peut définir les ténèbres comme l'absence de lumière, auquel cas les ténèbres n'ont pas d'existence propre ; il y a forcément par définition une lumière quelque part... qui attend d'être découverte.La vie n'est qu'un bref éclair de lumière entre deux éternités d'obscurité.- Balances moi maman sur la branche d'arbre, balances doucement le bébé rigole, balance plus fort le berceau s'envole... - Berceau... s'envole... - Je t'ai fait tomber qu'une fois, ou peut être deux fois...Il faudrait parvenir à cette sagesse élémentaire de considérer les ténèbres où nous allons sans plus d'angoisse que les ténèbres d'où nous venons. Ainsi, la vie prend son vrai sens: un moment de lumière.Il faudrait parvenir à cette sagesse élémentaire de considérer les ténèbres où nous allons sans plus d'angoisse que les ténèbres d'où nous venons. Ainsi, la vie prend son vrai sens : un moment de lumière.