La culture américaine est déchirée entre notre longue histoire d' amour avec la violence et notre terreur de la dévastation causée par la guerre et la criminalité et des ravages de l' environnement.


la-culture-américaine-déchirée-entre-longue-histoire-d'-amour-violence-terreur-de-dévastation-causée-guerre-criminalité-ravages-de
cultureaméricainedéchiréeentrelonguehistoireamourviolenceterreurdedévastationcauséeguerrecriminalitéravagesenvironnementla cultureculture américaineaméricaine estest déchiréedéchirée entreentre notrenotre longuelongue histoirehistoire dd' amouramour avecla violenceviolence etnotre terreurterreur dede lala dévastationdévastation causéecausée parla guerreguerre etla criminalitécriminalité etdes ravagesravages dede ll' environnementla culture américaineculture américaine estaméricaine est déchiréeest déchirée entredéchirée entre notreentre notre longuenotre longue histoirelongue histoire dhistoire d' amourd' amour avecamour avec laavec la violencela violence etviolence et notreet notre terreurnotre terreur deterreur de lade la dévastationla dévastation causéedévastation causée parcausée par lapar la guerrela guerre etguerre et laet la criminalitéla criminalité etcriminalité et deset des ravagesdes ravages deravages de lde l' environnement

S'intégrer à une nouvelle culture, c'est comme lire un livre plusieurs fois La première lecture, généralement, c'est pour se familiariser avec les personnages. À la deuxième lecture, on s'intéresse davantage à l'histoire. Mais à la troisième lecture, si on est capable de raconter l'histoire avec passion, c'est qu'elle est devenue aussi la nôtre, et les personnages des membres de notre propre famille.Les gens sont plus choqués par des jurons et des doigts du milieu qu'ils ne le sont par la famine la guerre et la destruction de notre environnement.Le monde ne sera sauvé, s'il peut l'être, que par des insoumis. Sans eux, c'en est fait de notre civilisation, de notre culture, de ce que nous aimions et qui donnait à notre présence sur terre une justification secrète.Nous sommes comme des livres ! La plupart des gens ne voient que notre couverture... Au mieux ils lisent notre résumé, ou bien se fient à la critique que d'autres en font. Mais ce qui est certain, c'est que très peu d'entre eux connaissent vraiment notre histoire.L'ennemi est à l' intérieur des portes; il est notre propre luxe, notre propre folie, notre propre criminalité que nous avons à combattre.Si la misère des pauvres être causée non pas par les lois de la nature, mais par nos institutions, grande est notre péché.