L'on veut faire tout le bonheur, ou, si cela ne se peut ainsi, tout le malheur de ce qu'on aime. Regretter ce que l'on aime est un bien, en comparaison de vivre avec ce que l'on hait.


l'on-veut-faire-bonheur-ne-se-ainsi-malheur-de-qu'on-aime-regretter-l'on-aime-un-bien-comparaison-de-vivre-l'on-hait
la bruyèrel'onveutfairebonheurneseainsimalheurdequ'onaimeregretterl'onaimeunbiencomparaisonvivrehaitl'on veutveut fairefaire toutle bonheurcela nene sese peutpeut ainsile malheurmalheur dede cece qu'onqu'on aimeregretter ceque l'onl'on aimeaime estest unun bienen comparaisoncomparaison dede vivrevivre avecque l'onl'on haitl'on veut faireveut faire toutfaire tout letout le bonheursi cela necela ne sene se peutse peut ainsitout le malheurle malheur demalheur de cede ce qu'once qu'on aimeregretter ce quece que l'onque l'on aimel'on aime estaime est unest un bienen comparaison decomparaison de vivrede vivre avecvivre avec cece que l'onque l'on hait

L'on veut faire tout le bonheur ou, si cela ne se peut ainsi, tout le malheur de ce qu'on aime.L’on veut faire tout le bonheur, ou si cela ne se peut ainsi, tout le malheur de ce qu’on aime.L'on veut faire tout le bonheur, ou si cela ne se peut ainsi, tout le malheur de ce qu'on aime.Regretter ce que l’on aime est un bien, en comparaison de vivre avec ce que l’on hait.Regretter ce que l'on aime est un bien, en comparaison de vivre avec ce que l'on hait.Regretter qui on a aimé est un bien en comparaison de vivre avec qui on dédaigne.