Je retrouve ma ville et je reste bouche bée. J'avais oublié sa beauté lascive, brunie par le soleil. Rome, ville superbe où les hommes se déplacent avec la suavité des chats.


je-retrouve-ville-reste-bouche-bée-j'avais-oublié-beauté-lascive-brunie-soleil-rome-ville-superbe-où-hommes-se-déplacent-suavité
laurent gaudéretrouvevillerestebouchebéej'avaisoubliébeautélascivebruniesoleilromesuperbehommessedéplacentsuavitéchatsje retrouveretrouve mama villeville etje restereste bouchebouche béej'avais oubliéoublié sasa beautébeauté lascivebrunie parle soleilville superbesuperbe oùles hommeshommes sese déplacentdéplacent avecla suavitésuavité desdes chatsje retrouve maretrouve ma villema ville etville et jeet je resteje reste bouchereste bouche béej'avais oublié saoublié sa beautésa beauté lascivebrunie par lepar le soleilville superbe oùsuperbe où lesoù les hommesles hommes sehommes se déplacentse déplacent avecdéplacent avec laavec la suavitéla suavité dessuavité des chats

Les peuples se mesurent à leur littérature. Une armée de deux millions d’hommes passe, une Iliade reste ; Xercès a l’armée, l’épopée lui manque, Xercès s’évanouit. La Grèce est petite par le territoire et grande par Eschyle. (Mouvement) Rome n’est qu’une ville ; mais par Tacite, Lucrèce, Virgile, Horace et Juvénal, cette ville emplit le monde. Si vous évoquez l’Espagne, Cervantes surgit ; si vous parlez de l’Italie, Dante se dresse ; si vous nommez l’Angleterre, Shakespeare apparaît. À de certains moments, la France se résume dans un génie, et le resplendissement de Paris se confond avec la clarté de Voltaire.Et Hamor et Sichem, son fils vinrent à la porte de leur ville et communiaient avec les hommes de leur ville, en disant:Par la bénédiction des hommes droits la ville est exalté: mais elle est renversée par la bouche des méchants.Comment est la ville de louange ne ??reste pas, la ville de ma joieEt il a construit autour de la ville, depuis Millo et aux environs ; et Joab répara le reste de la ville.La nuit ne tombe pas à Rome; elle s'élève du coeur de la ville, des sombres petites ruelles et des cours où le soleil ne pénètre que d'un rayon, puis, comme la brume du Tibre, elle glisse sur les toits et se déploie sur les collines.