Je rentre souvent dans les églises, quand elles sont vides bien-sûr. Il y a une odeur qui fait penser au temps qui passe, il y a des bougies, il y a du silence, ça fait toujours quelque chose, un petit creux au ventre. C'est ancien et pourtant ça tient debout. C'est vieux et ça meurt jamais. Une église vide c'est quelque chose sans explication.


je-rentre-souvent-églises-vides-bien-sûr-il-y-a-une-odeur-penser-temps-passe-y-a-bougies-y-a-silence-ça-toujours-quelque-chose-un
véronique olmirentresouventéglisesvidesbiensruneodeurpensertempspassebougiessilenceatoujoursquelquechoseunpetitcreuxventrec'estancienpourtanttientdeboutvieuxmeurtjamaisuneéglisevidec'estchoseexplicationje rentrerentre souventsouvent dansles églisessont videsune odeurodeur quifait penserpenser auau tempstemps quiqui passedes bougiesdu silencefait toujourstoujours quelquequelque choseun petitpetit creuxcreux auau ventrec'est ancienancien etet pourtantpourtant çaça tienttient deboutc'est vieuxvieux etça meurtmeurt jamaisune égliseéglise videvide c'estc'est quelquequelque chosechose sanssans explicationje rentre souventrentre souvent danssouvent dans lesdans les égliseselles sont videsy a unea une odeurune odeur quiodeur qui faitqui fait penserfait penser aupenser au tempsau temps quitemps qui passea des bougiesa du silenceça fait toujoursfait toujours quelquetoujours quelque choseun petit creuxpetit creux aucreux au ventrec'est ancien etancien et pourtantet pourtant çapourtant ça tientça tient deboutc'est vieux etvieux et çaet ça meurtça meurt jamaisune église videéglise vide c'estvide c'est quelquec'est quelque chosequelque chose sanschose sans explication

Dans le plus petit comme dans le plus grand bonheur, il y a toujours quelque chose qui fait que le bonheur est un bonheur : la possibilité d'oublier, ou pour le dire en termes plus savants, la faculté de se sentir pour un temps en dehors de l'histoire. L'homme qui est incapable de s'asseoir au seuil de l'instant en oubliant tous les événements passés, celui qui ne peut pas, sans vertige et sans peur, se dresser un instant tout debout, comme une victoire, ne saura jamais ce qu'est un bonheur, et, ce qui est pire, il ne fera jamais rien pour donner du bonheur aux autres.La nostalgie, c'est quelque chose qui vous grignote, qui vous amoindrit, c'est quelque chose qui est basé sur le passé, on vit pas dans le passé et les gens qui vivent dans le passé comme je dis sont des vieux. On vit demain, après demain, ou pour dans 50 ans, moi je vis pour dans 500 ans.Je ne vois pas que beaucoup de films ces derniers temps qui sont en fait quelque chose, qui tentent de contester quelque chose sur la façon dont les gens interagissent.Dans le plus petit comme dans le plus grand bonheur, il y a quelque chose qui fait que le bonheur est un bonheur : la possibilité d’oublier, ou pour le dire en termes plus savants, la faculté de sentir les choses, aussi longtemps que dure le bonheur, en dehors de toute perspective historique. L’homme qui est incapable de s’asseoir au seuil de l’instant en oubliant tous les événements du passé, celui qui ne peut pas, sans vertige et sans peur, se dresser un instant tout debout, comme une victoire, ne saura jamais ce qu’est un bonheur et, ce qui est pire, il ne fera jamais rien pour donner du bonheur aux autres.Un mauvais - faiseur est souvent un homme qui a laissé quelque chose défait, pas toujours celui qui a fait quelque choseLe temps est pas une chose, donc rien qui est, et pourtant il reste constant dans sa disparition sans être quelque chose temporelle comme les êtres dans le temps.