Je n'ai pas peur de la mort. On en a besoin pour vivre totalement notre vie.


je-n'ai-peur-de-mort-on-a-besoin-vivre-totalement-vie
n'aipeurdemortonbesoinvivretotalementvieje n'ain'ai paspas peurpeur dede lala morton enbesoin pourpour vivrevivre totalementtotalement notrenotre vieje n'ai pasn'ai pas peurpas peur depeur de lade la morten a besoina besoin pourbesoin pour vivrepour vivre totalementvivre totalement notretotalement notre vieje n'ai pas peurn'ai pas peur depas peur de lapeur de la morton en a besoinen a besoin poura besoin pour vivrebesoin pour vivre totalementpour vivre totalement notrevivre totalement notre vieje n'ai pas peur den'ai pas peur de lapas peur de la morton en a besoin pouren a besoin pour vivrea besoin pour vivre totalementbesoin pour vivre totalement notrepour vivre totalement notre vie

Nous avons tous besoin de nous sentir utiles à autrui. C'est une nourriture indispensable de l'âme, dont le manque crée une douleur d'autant plus déchirante que la mort est proche. Une grande partie de ce qu'on appelle la peur de la mort vient de la peur que notre vie n'ait pas eu de sens, que nous ayons vécu en vain, que notre existence n'ait fait une différence pour rien ni personne.L'homme est le seul être vivant sur qui pèse la conscience de la mort. Il est le seul à savoir qu'il mourra. Sa vie se situe dans l'ombre de cette certitude. Il est infecté par la peur de la mort. Mais pour pouvoir vivre tout de même, il faut qu'il fasse comme s'il ne devait pas mourir. Pour survivre, il doit se bercer d'illusions. C'est à cela que sert la culture. Les hommes, sachant qu'ils sont mortels, sont constamment occupés à donner à leur vie une structure, une forme et une signification. Ils recherchent une vie qui fasse oublier la mort et qui ne soit pas mise en morceaux par l'absurdité : une vie qui comble la béance menaçante du néant et capitonne le vide par du contenu. La culture donne des recettes pour dissiper la peur de la mort. Elle promet aux hommes un avenir que pourtant ils ne pourront jamais avoir.Je ne possède rien d’autre que ma mort, mon expérience de la mort, pour dire ma vie, l’exprimer, la porter en avant. Il faut que je fabrique de la vie avec toute cette mort. Et la meilleure façon d ‘y parvenir, c’est l’écriture. Or celle-ci me ramène à la mort, m’y enferme, m’y asphyxie. Voilà où j’en suis : je ne puis vivre qu’en assumant cette mort par l’écriture, mais l’écriture m’interdit littéralement de vivre.On ne doit pas nous voler notre propre mort, car elle fait partie de notre vie, il est donc important de vivre aussi ce moment-Là .On ne doit pas nous voler notre propre mort, car elle fait partie de notre vie, il est donc important de vivre aussi ce moment-là.Pour vivre, une oeuvre d'art n'a pas besoin ni de beauté ni de laideur. Elle a besoin de vie.