J’ai pensé que le bonheur se trouvait peut-être là, au tout début de l’éveil, quand on ouvre les yeux sur notre vie, quasiment surpris d’être nous.


jai-pensé-bonheur-se-trouvait-être-là-de-léveil-on-ouvre-yeux-vie-quasiment-surpris-dêtre
david foenkinosj’aipensébonheursetrouvaitpeutêtredel’éveilonouvreyeuxviequasimentsurprisd’êtrej’ai pensépensé quele bonheurbonheur sese trouvaittout débutdébut dede l’éveilon ouvreouvre lesles yeuxyeux surnotre viequasiment surprissurpris d’êtred’être nousj’ai pensé quepensé que leque le bonheurle bonheur sebonheur se trouvaitau tout débuttout début dedébut de l’éveilquand on ouvreon ouvre lesouvre les yeuxles yeux suryeux sur notresur notre viequasiment surpris d’êtresurpris d’être nousj’ai pensé que lepensé que le bonheurque le bonheur sele bonheur se trouvaitau tout début detout début de l’éveilquand on ouvre leson ouvre les yeuxouvre les yeux surles yeux sur notreyeux sur notre viequasiment surpris d’être nousj’ai pensé que le bonheurpensé que le bonheur seque le bonheur se trouvaitau tout début de l’éveilquand on ouvre les yeuxon ouvre les yeux surouvre les yeux sur notreles yeux sur notre vie