J'éprouve l'émotion la plus forte devant le mystère de la vie. Ce sentiment fonde le beau et le vrai, il suscite l'art et la science. […] Auréolée de crainte, cette réalité secrète du mystère constitue aussi la religion. […] Des hommes s'avouent limités dans leur esprit pour appréhender cette perfection. Et cette connaissance et cet aveu prennent le nom de religion. Ainsi, mais seulement ainsi, je suis profondément religieux, tout comme ces hommes.


j'éprouve-l'émotion-plus-forte-devant-mystère-de-vie-ce-sentiment-fonde-beau-vrai-suscite-l'art-science-auréolée-de-crainte-cette
albert einsteinj'éprouvel'émotionplusfortedevantmystèredeviesentimentfondebeauvraisuscitel'artscienceauréoléecraintecetteréalitésecrèteconstituereligionhommess'avouentlimitésespritappréhenderperfectionconnaissancecetaveuprennentnomainsiainsisuisprofondémentreligieuxhommesj'éprouve l'émotionl'émotion lala plusplus forteforte devantdevant lele mystèremystère dede lala viece sentimentsentiment fondefonde lele beaubeau etle vraiil suscitesuscite l'artl'art etla science[…] auréoléeauréolée dede craintecette réalitéréalité secrètesecrète dudu mystèremystère constitueconstitue aussila religiondes hommeshommes s'avouents'avouent limitéslimités dansleur espritesprit pourpour appréhenderappréhender cettecette perfectionet cettecette connaissanceconnaissance etet cetcet aveuaveu prennentprennent lele nomnom dede religionseulement ainsije suissuis profondémentprofondément religieuxces hommesj'éprouve l'émotion lal'émotion la plusla plus forteplus forte devantforte devant ledevant le mystèrele mystère demystère de lade la viece sentiment fondesentiment fonde lefonde le beaule beau etbeau et leet le vraiil suscite l'artsuscite l'art etl'art et laet la science[…] auréolée deauréolée de craintecette réalité secrèteréalité secrète dusecrète du mystèredu mystère constituemystère constitue aussiconstitue aussi laaussi la religion[…] des hommesdes hommes s'avouenthommes s'avouent limitéss'avouent limités danslimités dans leurdans leur espritleur esprit pouresprit pour appréhenderpour appréhender cetteappréhender cette perfectionet cette connaissancecette connaissance etconnaissance et cetet cet aveucet aveu prennentaveu prennent leprennent le nomle nom denom de religionmais seulement ainsije suis profondémentsuis profondément religieuxcomme ces hommes

Des hommes reconnaissent alors quelque chose d'impénétrable à leur intelligence mais connaissent les manifestations de cet ordre suprême et de cette Beauté inaltérable. Des hommes s'avouent limités dans leur esprit pour appréhender cette perfection. Et cette connaissance et cet aveu prennent le nom de religion. Ainsi, mais seulement ainsi, je suis profondément religieux, tout comme ces hommes. Je ne peux pas imaginer un Dieu qui récompense et punit l'objet de sa création. Je ne peux pas me figurer un Dieu qui réglerait sa volonté sur l'expérience de la mienne, je ne veux pas et je ne peux pas concevoir un être qui survivrait à la mort de son corps. Si de pareilles idées se développent en un esprit, je le juge faible, craintif et stupidement égoïste.J'éprouve l'émotion la plus forte devant le mystère de la vie. Ce sentiment fonde le beau et le vrai, il suscite l'art et la science. Si quelqu'un ne connaît pas cette sensation ou ne peut plus ressentir étonnement ou surprise, il est un mort vivant et ses yeux sont désormais aveugles.J’ai un amour fort pour la justice, pour l’engagement social. Mais je m’intègre très difficilement aux hommes et à leurs communautés. Je n’en éprouve pas le besoin parce que je suis profondément un solitaire. Je me sens lié réellement à l’État, à la patrie, à mes amis, à ma famille au sens complet du terme. Mais mon coeur ressent face à ces liens un curieux sentiment d’étrangeté, d’éloignement et l’âge accentue encore cette distance. Je connais lucidement et sans arrière-pensée les frontières de la communication et de l’harmonie entre moi et les autre hommes. J’ai perdu ainsi de la naïveté ou de l’innocence mais j’ai gagné mon indépendance. Je ne fonde plus une opinion, une habitude ou un jugement sur autrui. J’ai expérimenté l’homme. Il est inconsistant.J'éprouve l'émotion la plus forte devant le mystère de la vie.Le plus beau sentiment qu’on puisse éprouver, c’est le sens du mystère. C’est la source de tout art véritable, de toute vraie science. Celui qui n’a pas connu cette émotion, qui ne possède pas le don d’émerveillement ni de ravissement, autant vaudrait qu’il fut mort : ses yeux sont fermés.Je le sauve de la peur. Ce n'est pas lui que j'attaquais, c'est, à travers lui, cette résistance qui paralyse les hommes devant l'inconnu. Si je l'écoute, si je le plains, si je prends au sérieux son aventure, il croira revenir d'un pays de mystère, et c'est du mystère seul que l'on a peur. Il faut que les hommes soient descendus dans ce puits sombre, et en remontent, et disent qu'ils n'ont rien rencontré. Il faut que cet homme descende au cœur le plus intime de la nuit, dans son épaisseur, et sans même cette petite lampe de mineur, qui n'éclaire que les mains ou l'aile, mais écarte d'une largeur d'épaules l'inconnu.