Ils diront sans pudeur du mal d'un chef-d'oeuvre parce qu'ils croient qu'on a l'air de s'y connaître quand on dit du mal d'un ouvrage - mais dire du bien, s'enthousiasmer, attention! Ils ne veulent pas être ridicules.


ils-diront-pudeur-mal-d'un-chef-d'oeuvre-qu'-croient-qu'on-a-l'air-de-s'y-connaître-on-dit-mal-d'un-ouvrage-dire-bien-s'enthousiasmer
sacha guitrydirontpudeurmald'unchefd'oeuvrequ'ilscroientqu'onl'airdes'yconnaîtreonditouvragedirebiens'enthousiasmerattentionneveulentridiculesils dirontdiront sanssans pudeurpudeur dudu malmal d'unparce qu'ilsqu'ils croientcroient qu'onl'air dede s'ys'y connaîtreconnaître quandon ditdit dudu malmal d'und'un ouvrageouvragemais diredire dudu bienils nene veulentveulent paspas êtreêtre ridiculesils diront sansdiront sans pudeursans pudeur dupudeur du maldu mal d'unparce qu'ils croientqu'ils croient qu'onqu'on a l'aira l'air del'air de s'yde s'y connaîtres'y connaître quandconnaître quand onquand on diton dit dudit du maldu mal d'unmal d'un ouvraged'un ouvragemais diremais dire dudire du bienils ne veulentne veulent pasveulent pas êtrepas être ridicules

Ils [les gens] diront sans pudeur du mal d'un chef-d'œuvre parce qu'ils croient qu'on a l'air de s'y connaître quand on dit du mal d'un ouvrage - mais dire du bien, s'enthousiasmer, attention ! Ils ne veulent pas être ridicules.J’ai trop souvent mal à mes mots, je ne m’entends pas bien avec eux, on dirait qu’ils sont contre moi… Quand je suis devant quelqu’un que je ne connais pas, mes mots se dérobent, foutent le camp, ne veulent jamais dire exactement ce que je pense ou ce que je sens. Quand ils veulent bien sortir, ils arrivent en pagaille, dans le désordre, comme s’ils prenaient plaisir à s’embrouiller, se mélanger, et me mettent mal à l’aiseLes gens qui vont voir une pièce où on leur dit qu'il y a foule — ne s'aperçoivent pas qu'ils forment eux-mêmes cette foule, qu'ils venaient voir autant que la pièce. Beaucoup de gens s'empressent de se ranger à ce qu'on leur dit être l'opinion publique, — surtout quand elle est contraire au gouvernement ; parce que, tout en obéissant à leur instinct de moutons de Panurge, ils ont un certain air d'audace sans danger qui flatte le bourgeois. — Ils seraient bien effrayés parfois s'ils savaient qu'ils sont à la tête de l'opinion dont ils croient suivre la queue, — et qu'ils seraient seuls de leur opinion publique — s'il n'y avait pas d'autres bourgeois pris dans le même piège.Il y a une forte raison de ne pas dire au premier arrivant ce qui vient à l'esprit, c'est qu'on ne le pense point ; aussi n'y a-t-il rien de plus trompeur que cette sincérité de premier mouvement. Il faut plus de précautions dans le jeu des paroles, d'où dépend souvent l'avenir des autres et de soi. Il n'y a rien de plus commun que de s'obstiner sur ce que l'on a dit par fantaisie ; mais quand on saurait pardonner à soi-même, et, mieux encore faire oublier ce qui fut mal dit et mal pensé, on ne saurait toujours pas l'effacer dans la mémoire de l'autre ; car on dit trop que les hommes croient aisément ce qui les flatte ; mais je dirais bien qu'ils croient plus aisément encore ce qui les blesse.Vois-tu, la langue française - comme toutes les langues sans doute, mais je ne connais que celle-ci - est une drôle de chose. Tu utilises des mots sans en connaître le sens, les autres les entendent sans comprendre ni ce que tu veux dire exactement (qui n'est pas forcément ce que les mots disent), ni ce qu'ils signifient, mais uniquement ce qu'ils ont déjà dans la tête. Et ils croient communiquer.L'on doit se taire sur les puissants: il y a presque toujours de la flatterie à en dire du bien; il y a du péril à en dire du mal pendant qu'ils vivent, et de la lâcheté quand ils sont morts.