Ils nous appellent sauvages car nos manières sont différentes des leurs.


ils-appellent-sauvages-nos-manières-différentes-leurs
benjamin franklinappellentsauvagesnosmanièresdifférentesleursnous appellentappellent sauvagessauvages carcar nosnos manièresmanières sontsont différentesdifférentes desdes leursils nous appellentnous appellent sauvagesappellent sauvages carsauvages car noscar nos manièresnos manières sontmanières sont différentessont différentes desdifférentes des leursils nous appellent sauvagesnous appellent sauvages carappellent sauvages car nossauvages car nos manièrescar nos manières sontnos manières sont différentesmanières sont différentes dessont différentes des leursils nous appellent sauvages carnous appellent sauvages car nosappellent sauvages car nos manièressauvages car nos manières sontcar nos manières sont différentesnos manières sont différentes desmanières sont différentes des leurs

Nous sommes entourés d'hommes plus forts que nous ; ils peuvent nous nuire de mille manières différentes ; les trois quarts du temps ils peuvent le faire impunément. Quel repos pour nous de savoir qu'il y a dans le cœur de tous ces hommes un principe intérieur qui combat en notre faveur et nous met à couvert de leurs entreprises !.Quelle vie que celle de la plupart des gens de la cour! Ils se laissent ennuyer, excéder, avilir, asservir, tourmenter pour des intérêts misérables. Ils attendent, pour vivre, pour être heureux, la mort de leurs ennemis, de leurs rivaux d'ambition, de ceux même qu'ils appellent leurs amis; et pendant que leurs voeux appellent cette mort, ils sèchent, ils dépérissent, meurent eux-mêmes, en demandant des nouvelles de la santé de monsieur tel, de madame telle, qui s'obstinent à ne pas mourir.Nous savons bien ce que nos enfants nous doivent, mais pensons-nous à ce que nous leur devons ? Si nous sommes la sécurité de leur existence, ils sont la grâce de la nôtre. La nature a doué leurs attitudes, leurs gestes, leurs sourires, d'un charme mystérieux, involontaire, qui paye et au delà tous nos soins. Nous exigeons trop d'eux en demandant davantage, et quand nous les nommons ingrats, nous risquons fort de l'être nous-mêmes.Nous pouvons confier nos secrets, car ils nous appartiennent : ceux des autres, qui nous sont confiés, sont un dépôt dont nous n'avons pas l'usage.- Qui sommes nous ? - Dieux, anges... les cultures différentes nous appellent différemment... Mais maintenant voilà que nous sommes des supers-héros !Prêtres: couchent avec leurs bonnes, et en ont des enfants qu'ils appellent leurs neveux.