Il y a donc deux sortes d’esprits, l’un de pénétrer vivement et profondément les conséquences des principes, et c’est là l’esprit de justesse : l’autre de comprendre un grand nombre de principes sans les confondre, et c’est là l’esprit de Géométrie. L’un est force et droiture d’esprit, l’autre est étendue d’esprit. Or l’un peut être sans l’autre, l’esprit pouvant être fort et étroit, et pouvant être aussi étendu et faible.


il-y-a-deux-sortes-desprits-lun-de-pénétrer-vivement-profondément-conséquences-principes-c-là-lesprit-de-justesse-l-de-comprendre-un-grand
pascaldeuxsortesd’espritsl’undepénétrervivementprofondémentconséquencesprincipesc’estl’espritjustessel’autrecomprendreungrandnombreprincipesconfondregéométriel’unforcedroitured’espritétendued’espritorl’autrepouvantfortétroitétendufaibledonc deuxdeux sortessortes d’espritsl’un dede pénétrerpénétrer vivementvivement etet profondémentprofondément lesles conséquencesconséquences desdes principeset c’estc’est làlà l’espritl’esprit dede justessejustessel’autrel’autre dede comprendrecomprendre unun grandnombre dede principesprincipes sansles confondreet c’estc’est làlà l’espritl’esprit dede géométriel’un estest forceforce etet droituredroiture d’espritl’autre estest étendueétendue d’espritor l’unl’un peutpeut êtreêtre sanssans l’autrel’esprit pouvantpouvant êtreêtre fortfort etet étroitet pouvantpouvant êtreêtre aussiaussi étenduétendu etet faiblea donc deuxdonc deux sortesdeux sortes d’espritsl’un de pénétrerde pénétrer vivementpénétrer vivement etvivement et profondémentet profondément lesprofondément les conséquencesles conséquences desconséquences des principeset c’est làc’est là l’espritlà l’esprit del’esprit de justessede justessel’autre del’autre de comprendrede comprendre uncomprendre un grandun grand nombregrand nombre denombre de principesde principes sansprincipes sans lessans les confondreet c’est làc’est là l’espritlà l’esprit del’esprit de géométriel’un est forceest force etforce et droitureet droiture d’espritl’autre est étendueest étendue d’espritor l’un peutl’un peut êtrepeut être sansêtre sans l’autrel’esprit pouvant êtrepouvant être fortêtre fort etfort et étroitet pouvant êtrepouvant être aussiêtre aussi étenduaussi étendu etétendu et faible

Il y a deux sortes d'esprits : l'une, de pénétrer vivement et profondément les conséquences des principes, et c'est là l'esprit de justesse ; l'autre, de comprendre un grand nombre de principes sans les confondre, et c'est là l'esprit de géométrie. L'un est force et droiture d'esprit, l'autre est amplitude d'esprit.Bien qu'il y ait plusieurs épithètes pour l'esprit, qui paraissent une même chose, le ton et la manière de les prononcer y mettent de la différence : mais comme les tons et les manières ne se peuvent écrire, je n'entrerai point dans un détail qu'il serait impossible de bien expliquer. L'usage ordinaire le fait assez entendre ; et en disant qu'un homme a de l'esprit, qu'il a beaucoup d'esprit, et qu'il a un bon esprit, il n'y a que les tons et les manières qui puissent mettre de la différence entre ces expressions, qui paraissent semblables sur le papier, et qui expriment néanmoins différentes sortes d'esprit. On dit encore qu'un homme n'a qu'une sorte d'esprit, qu'il a de plusieurs sortes d'esprit, et qu'il a toutes sortes d'esprit. On peut être sot avec beaucoup d'esprit, et on peut n'être pas sot avec peu d'esprit.Il y a deux sortes d'esprit: l'esprit de géométrie et l'esprit de finesse.Il y a deux sortes d'esprit : l'esprit de géométrie et l'esprit de finesse.Ce n'est pas sans raison qu'on applique aux esprits des expressions tirées des propriétés des corps, et qu'on dit un esprit léger, un esprit superficiel, un esprit profond. L'esprit léger ne voit dans les objets que des points et des lignes ; l'esprit superficiel en voit la surface ; l'esprit profond en embrasse les trois dimensions et en pénètre la solidité.Aucune société ne peut vivre sans un idéal qui l'inspire ni une connaissance claire des principes qui guident son organisation. Les périodes de grande civilisation sont celles où ces deux conditions sont réunies. Plus que tout autre, l'esprit français éprouve ce besoin de comprendre. Nos concitoyens veulent savoir selon quels principes ils sont gouvernés et vers quel avenir ils se dirigent.