Il ne suffit pas de devenir un autre ; il faut avoir le courage de devenir soi.


il-ne-suffit-de-devenir-un-faut-courage-de-devenir-soi
philippe bessonnesuffitdedevenirunfautcouragesoiil nene suffitsuffit paspas dede devenirdevenir unun autreil fautfaut avoirle couragecourage dede devenirdevenir soiil ne suffitne suffit passuffit pas depas de devenirde devenir undevenir un autreun autreil fautil faut avoirfaut avoir leavoir le couragele courage decourage de devenirde devenir soiil ne suffit pasne suffit pas desuffit pas de devenirpas de devenir unde devenir un autredevenir un autreil faut avoiril faut avoir lefaut avoir le courageavoir le courage dele courage de devenircourage de devenir soiil ne suffit pas dene suffit pas de devenirsuffit pas de devenir unpas de devenir un autrede devenir un autreil faut avoir leil faut avoir le couragefaut avoir le courage deavoir le courage de devenirle courage de devenir soi

L'empathie c'est, à la vitesse de l'éclair, sentir ce que l'autre sent et savoir qu'on ne se trompe pas, comme si le coeur bondissait de la poitrine pour se loger dans al poitrine de l'autre. .. . C'est l'art double de la plus grand proximité et de la distance sacrée. Sans le coeur, il n'y a pas d'empathie, car avoir du coeur, c'est sortir de soi, mais il faut ressentir l'autre jusqu'à presque le devenir, il faut en même temps maintenir une distance sous peine de sombrer dans la fusion.Si l'on veut gagner sa vie, il suffit de travailler. Si l'on veut devenir riche, il faut trouver autre chose.Si l'on ne veut pas devenir laid en vieillissant, il faut se hâter de devenir très bon.Si l'on veut gagner sa vie, il suffit de travailler. Mais si l'on veut devenir riche, il faut trouver autre chose.Si on veut gagner sa vie, il suffit de travailler. Mais si l'on veut devenir riche, il faut trouver autre chose.La folie de l’amour c’est de vouloir devenir l’autre et devenir l’autre pour s’oublier soi-même. La sagesse de l’amour c’est de savoir entrer et sortir. Je deviens toi, je reviens à moi. J’acquiers comme une légèreté de l’être à me démultiplier, et paradoxalement c’est ainsi que je me rapproche le plus du sentiment d’unité qui est mon horizon et ma nostalgie.