Il n'y a pas de maladie et il n'y a jamais eu de maladie, qui n'ait pas sa cause première dans la pulsion sexuelle et le combat avec cette pulsion.


il-n'y-a-de-maladie-n'y-a-jamais-de-maladie-n'ait-cause-première-pulsion-sexuelle-combat-cette-pulsion
georg groddeckn'ydemaladiejamaismaladien'aitcausepremièrepulsionsexuellecombatcettepulsionil n'ypas dede maladiemaladie etil n'yjamais eueu dede maladiequi n'aitn'ait passa causecause premièrepremière dansla pulsionpulsion sexuellesexuelle etle combatcombat avecavec cettecette pulsionn'y a pasa pas depas de maladiede maladie etmaladie et ilet il n'yn'y a jamaisa jamais eujamais eu deeu de maladiequi n'ait pasn'ait pas sapas sa causesa cause premièrecause première danspremière dans ladans la pulsionla pulsion sexuellepulsion sexuelle etsexuelle et leet le combatle combat aveccombat avec cetteavec cette pulsionil n'y a pasn'y a pas dea pas de maladiepas de maladie etde maladie et ilmaladie et il n'yil n'y a jamaisn'y a jamais eua jamais eu dejamais eu de maladiequi n'ait pas san'ait pas sa causepas sa cause premièresa cause première danscause première dans lapremière dans la pulsiondans la pulsion sexuellela pulsion sexuelle etpulsion sexuelle et lesexuelle et le combatet le combat avecle combat avec cettecombat avec cette pulsionil n'y a pas den'y a pas de maladiea pas de maladie etpas de maladie et ilde maladie et il n'yet il n'y a jamaisil n'y a jamais eun'y a jamais eu dea jamais eu de maladiequi n'ait pas sa causen'ait pas sa cause premièrepas sa cause première danssa cause première dans lacause première dans la pulsionpremière dans la pulsion sexuelledans la pulsion sexuelle etla pulsion sexuelle et lepulsion sexuelle et le combatsexuelle et le combat avecet le combat avec cettele combat avec cette pulsion

Je ne crois absolument pas que nos vies sont réductibles à la pulsion sexuelle et que nos relations à l’autre sont réductibles à la pulsion sexuelle. C’est vraiment pour moi une vue théorique ça, c’est une vue de l’esprit. C’est intéressant. Ça m’a beaucoup intéressé, j’y ai même cru. Mais, ça me paraît totalement, totalement faux. L’enfant qui n’est pas guidé par la pulsion sexuelle encore a des rapports avec les autres qui se construisent, qui s’élaborent.L’appel de la nouveauté est pulsion de vie. Quand ce sentiment fait défaut – prison, maladie, habitude, stupidité — on voudrait mourir.Les produits et valeurs les plus élevés de [la civilisation] relèvent de la sublimation. Ces produits constituant une des quatre destinées de la pulsion. De fait, la sublimation est une défense contre la pulsion d'une part, et elle est le produit de la pulsion d'autre part. Ce qui signifie que d'un côté on a un symptôme, de l'autre une œuvre d'art.L'amour est une maladie, et le malade le plus sage, pour cette maladie-là comme pour les autres, est celui qui, n'ayant jamais lu un livre de médecine, ne sait pas ce qu'il a, et qui souffre sans penser, comme une bête.La seule maladie qui ne peut se guérir est la maladie de ne pas se sentir aimé.- Eh ! je deviens stupide, se dit des Esseintes la crainte de cette maladie va finir par déterminer la maladie elle-même, si ça continue.