Il est bien peu de monstres qui méritent la peur que nous en avons. Monstres enfantés par la peur – peur de la nuit et peur de la clarté ; peur de la mort et peur de la vie ; peur des autres et peur de soi ; peur du diable et peur de Dieu – vous ne nous en imposerez plus. Mais nous vivons encore sous le règne des croquemitaines. Qui donc a dit que la crainte de Dieu était le commencement de la Sagesse. Imprudente sagesse, la vraie, tu commences où finit la crainte, et tu nous enseignes la vie.


il-bien-de-monstres-méritent-peur-avons-monstres-enfantés-peur-peur-de-nuit-peur-de-clarté-peur-de-mort-peur-de-vie-peur-autres
andré gidebiendemonstresméritentpeuravonsmonstresenfantésnuitclartémortvieautressoidiabledieuneimposerezplusvivonsrègnecroquemitainesditcrainteétaitcommencementsagesseimprudentesagessevraiecommencesfinitcrainteenseignesvieest bienbien peupeu dede monstresmonstres quiqui méritentméritent lala peurpeur queen avonsmonstres enfantésenfantés parla peurpeur –– peurpeur dede lala nuitnuit etet peurpeur dede lala clartéclartépeurpeur dede lala mortmort etet peurpeur dede lala vieviepeurpeur desdes autresautres etet peurpeur dede soisoipeurpeur dudu diablediable etet peurpeur dede dieudieu –vous nene nousen imposerezimposerez plusnous vivonsvivons encorele règnerègne desdes croquemitainesdit quela craintecrainte dede dieudieu étaitétait lele commencementcommencement dede lala sagesseimprudente sagessela vraietu commencescommences oùoù finitfinit lala craintenous enseignesenseignes lala vieil est bienest bien peubien peu depeu de monstresde monstres quimonstres qui méritentqui méritent laméritent la peurla peur quepeur que nousnous en avonsmonstres enfantés parenfantés par lapar la peurla peur –peur – peur– peur depeur de lade la nuitla nuit etnuit et peuret peur depeur de lade la clartéla clartépeur depeur de lade la mortla mort etmort et peuret peur depeur de lade la viela viepeur despeur des autresdes autres etautres et peuret peur depeur de soide soipeur dupeur du diabledu diable etdiable et peuret peur depeur de dieude dieu –dieu – vous– vous nevous ne nousne nous ennous en imposerezen imposerez plusmais nous vivonsnous vivons encorevivons encore soussous le règnele règne desrègne des croquemitainesdonc a dita dit quedit que laque la craintela crainte decrainte de dieude dieu étaitdieu était leétait le commencementle commencement decommencement de lade la sagessetu commences oùcommences où finitoù finit lafinit la craintetu nous enseignesnous enseignes laenseignes la vie

On avait peur et mal. Mais c'était rien à côté du vide qui nous a explosé silencieusement à la gueule avec le petit «c'est fini» de l'infirmière. Tout le monde avait peur. Peur que tu partes. Et maintenant que tu es partie, on a encore plus peur.J'ai peur de ton regard qui scrute et qui m'observe, j'ai peur de ta présence, j'ai peur de ta beauté, j'ai peur de tes mains et j'ai peur de t'aimer. ..J'ai peur de conclure de peur d'exclure, d'affirmer de peur de me tromper, de me décider de peur de me repentir, de m'emparer d'une chose de peur de renoncer à son contraire. J'ai besoin de totalité et, par inconstance de volonté et inquiétude d'esprit, je ne puis me satisfaire.Je m'oppose à ce qu'on fasse peur aux enfants juifs. Je m'oppose à ce qu'on fasse peur aux Juifs, point. Ça, c'était l'Europe, c'est pour cela que les Juifs ont fui. Nous sommes en Amérique. Moins il y aura de peur, mieux cela vaudra. La peur fait de nous des lâches. La peur nous avilit.Moins il y aura de peur, mieux cela vaudra. La peur fait de nous des lâches. La peur nous avilit.Je n'ai pas peur, je n'ai plus peur, je n'ai plus peur de vos totalitarismes. Je n'ai plus peur de cela. Vous êtes en train de déstructurer la civilisation de nôtre monde.