Il écoute le bruit des courroies et des cylindres broyeurs qui triturent la pâte humide.


il-écoute-bruit-courroies-cylindres-broyeurs-triturent-pâte-humide
jacques chardonneécoutebruitcourroiescylindresbroyeurstriturentpâtehumideil écouteécoute lele bruitbruit desdes courroiescourroies etdes cylindrescylindres broyeursbroyeurs quiqui triturenttriturent lala pâtepâte humideil écoute leécoute le bruitle bruit desbruit des courroiesdes courroies etcourroies et deset des cylindresdes cylindres broyeurscylindres broyeurs quibroyeurs qui triturentqui triturent latriturent la pâtela pâte humideil écoute le bruitécoute le bruit desle bruit des courroiesbruit des courroies etdes courroies et descourroies et des cylindreset des cylindres broyeursdes cylindres broyeurs quicylindres broyeurs qui triturentbroyeurs qui triturent laqui triturent la pâtetriturent la pâte humideil écoute le bruit desécoute le bruit des courroiesle bruit des courroies etbruit des courroies et desdes courroies et des cylindrescourroies et des cylindres broyeurset des cylindres broyeurs quides cylindres broyeurs qui triturentcylindres broyeurs qui triturent labroyeurs qui triturent la pâtequi triturent la pâte humide

Les mots, ça fait du bruit ; on écoute les mots ; on écoute ceux qui les disent ; pas les autres, ceux qui n'osent pas faire tant de bruit.Les mots, ça fait du bruit; on écoute les mots; on écoute ceux qui les disent; pas les autres, ceux qui n'osent pas faire tant de bruit.Chaque jour nous entendons le bruit des arbres qui tombent. Notre actualité ou notre histoire ne semblent faites que de chutes et de fracas. .. Mais nul n'interviewe le printemps. On n'entend pas le bruit de la forêt qui pousse. On n'entend pas le clairon de la sève dans nos membres. L'essentiel ou le vital ne font pas de bruit. Soyez silencieux et efficaces comme des printemps : cela n'empêchera pas le bruit des arbres qui tombent, mais vous quitterez la société des fossoyeurs pour entrer dans la compagnie des porteurs de semences. Vous connaitrez les oiseaux. .Le père, pour moi, à différentes époques et quand je rencontrais ceux des autres, avait quand même cette présence des nuages avant la pluie, la lourdeur qui vous enveloppe et précède l’orage, le lointain gris d’où partent les rayons raides des gloires au-dessus des maîtres-autels, mais la pluie n’était que l’apaisant oubli et la représentation d’une présence divine que l’humide caresse des voûtes de l’église ou ma mère ne m’amena bientôt plus, abandonnée, fermée sur elle-même et gardant la rumeur élémentaire que l’on écoute dans les beaux coquillages de la couleur des chairs entrouvertes.Le bruit d'un fouet, et le bruit du cliquetis des roues et des chevaux pransing, et des chars de saut.Dans cet univers plein de bruit et de fureur, c'est le bruit des uns qui provoque la fureur des autres.