FRANÇAIS : Le premier peuple de l’univers. « Il n’y a qu’un Français de plus » , a dit le comte d’Artois. Ah ! qu’on est fier d’être Français, - Quand on regarde la colonne !


franÇais-le-premier-peuple-de-lunivers-il-ny-a-quun-français-de-plus-a-dit-comte-dartois-ah-quon-fier-dêtre-français-quand-on-regarde
gustave flaubertfranÇaispremierpeupledel’universn’yqu’unfranaisplusditcomted’artoisahqu’onfierd’êtrefranaisonregardecolonnefranÇaisle premierpremier peuplepeuple dede l’universil n’yqu’un françaisfrançais dede plusplus »dit lele comtecomte d’artoisahqu’onqu’on estest fierfier d’êtred’être françaison regarderegarde lala colonnecolonnele premierle premier peuplepremier peuple depeuple de l’univers« il n’yn’y a qu’una qu’un françaisqu’un français defrançais de plusde plus »plus »a dita dit ledit le comtele comte d’artoisqu’on estqu’on est fierest fier d’êtrefier d’être françaisquand onquand on regardeon regarde laregarde la colonnela colonne

Très bonne loi électorale (quand le peuple saura lire) : Article premier. — Tout Français est électeur. Article II. — Tout Français est éligible.L'on peut bien dire un mot français en français, sans que cela ne soit vraiment du français.Le Français dit qu'il est français; tu as peur de dire que tu es de quelque part?Les statistiques sont formelles : les Français sont sales. Une savonnette par Français et par an. Nous ne pouvons plus ignorer que nous sommes des porcs et nos femmes des truies. On ne nous dit pas combien de Suédois meurent chaque année pour avoir glissé sur la savonnette et s’être conséquemment éclaté la tête sur le rebord de la douche. Pourtant, c’est important. Je peux vous dire, moi, combien de Français connaissent ce sort horrible : aucun. Donc, le Français pue, mais il vit.Le français du dix-neuvième siècle ne peut pas plus être le français du dix-huitième, que celui-ci n’est le français du dix-septième, que le français du dix-septième n’est celui du seizième. La langue de Montaigne n’est plus celle de Rabelais, la langue de Pascal n’est plus celle de Montaigne, la langue de Montesquieu n’est plus celle de Pascal. Chacune de ces quatre langues, prise en soi, est admirable, parce qu’elle est originale.Les Français sont ces gens impossibles qui répètent qu'impossible n'est pas français.