Finalement, il n'y a jamais qu'un combat : celui des esprits sérieux contre les esprits ludiques, le grand Combat du Sens contre la Dérision nihiliste.


finalement-n'y-a-jamais-qu'un-combat-celui-esprits-sérieux-contre-esprits-ludiques-grand-combat-sens-contre-dérision-nihiliste
roland jaccardfinalementn'yjamaisqu'uncombatceluiespritssérieuxcontreludiquesgrandcombatsensdérisionnihilisteil n'yjamais qu'unqu'un combatcombatceluicelui desdes espritsesprits sérieuxsérieux contrecontre lesles espritsesprits ludiquesle grandcombat dudu senssens contrecontre lala dérisiondérision nihilisten'y a jamaisa jamais qu'unjamais qu'un combatqu'un combatcelui descelui des espritsdes esprits sérieuxesprits sérieux contresérieux contre lescontre les espritsles esprits ludiquesle grand combatgrand combat ducombat du sensdu sens contresens contre lacontre la dérisionla dérision nihiliste

Il n'est point de combat plus guerrier que le combat de l'homme contre la nature. Le combat de l'homme contre l'homme n'est qu'une gymnastique d'insectes et aucun dieu ne s'en préoccupe.Il faut se motiver pour s'armer contre la terreur du défaitisme, contre l'hégémonie des cyniques. C'est un combat à mener.Lorsque vous possédez la supériorité à dix contre un, encerclez l’ennemi. A cinq contre un, attaquez-le. A deux contre un, divisez-le. Si vous êtes de force égale, vous pouvez engager le combat.La vie est perdue contre la mort, mais la mémoire gagne dans son combat contre le néant.Le fait d'être satisfait n'a rien du charme magique d'une bonne lutte contre le malheur, rien du pittoresque d'un combat contre la tentation, ou d'une défaite fatale sous les coups de la passion ou du doute. Le bonheur n'est jamais grandiose.Il convient plutôt d’en sortir, non par l’oubli, mais par le combat permanent pour que cela ne se reproduise plus jamais. Ce combat est l’héritage de tous les hommes, pas celui du noir pour l’esclavage ou celui du juif pour la shoah.