Et je dirais que je vous aime, - Seigneur, si je savais ce que c'est que d'aimer.


et-dirais-aime-seigneur-savais-c'-d'aimer
pierre corneillediraisaimeseigneursavaisc'estd'aimerje diraisdirais quevous aimeseigneurje savaissavais ceque c'estc'est queque d'aimeret je diraisje dirais quedirais que jeje vous aimesi je savaisje savais cesavais ce quece que c'estque c'est quec'est que d'aimeret je dirais queje dirais que jedirais que je vousque je vous aimesi je savais ceje savais ce quesavais ce que c'estce que c'est queque c'est que d'aimeret je dirais que jeje dirais que je vousdirais que je vous aimesi je savais ce queje savais ce que c'estsavais ce que c'est quece que c'est que d'aimer

Michael, Caroline m'a demandé ce que je te dirais si je savais que tu pouvais m'entendre. J'ai répondu : « Je sais. Je t'aime. Mon dieu, tu me manques. Et je te pardonne. »Que j'aime ou bien que j'aie aimé, J'aurais aimé pouvoir aimer. J'eus aimé en aimant être aimé. .Aimer, aimer, aimer L'auxiliaire Que je préfère Te donner, C'est le verbe essayer.Tu nous as tout appris. Tout ce que je sais, tout ce que j'aime dans la vie, ça vient de toi. Je suis pétrie de toi. Et quand tu es parti. .. Je ne savais plus rien. Je ne savais plus marcher droite et fière comme une allumette. Mes yeux s'étaient éteints. Je ne savais plus toiser les impudents. Je ne savais plus où le soleil se levait et où il se couchait, je ne savais plus la nuit et le jour, le froid et la tempête, le pain qu'on mange et l'eau qui désaltère. Je ne savais plus rien. Tu avais tout emporté avec toi.Vous condamniez vos yeux à quelques jours d'absence ; Croyez-moi, quelque amour qui semble vous charmer, On n'aime point, Seigneur, si l'on ne veut aimer.Croyez-moi, quelque amour qui semble vous charmer, On n'aime point, Seigneur, si l'on ne veut aimer.- Je vous aime. - Est-ce que vous le penseriez si j'étais pauvre? - Oui, mais je ne vous le dirais pas!