Elle baissa vite, avec embarras, son bras nu, belle anse rougeâtre.


elle-baissa-vite-embarras-bras-nu-belle-anse-rougeâtre
colettebaissaviteembarrasbrasnubelleanserougeâtreelle baissabaissa viteavec embarrasson brasbras nubelle anseanse rougeâtreelle baissa viteson bras nubelle anse rougeâtre

Son désir de sa présence, de ses paroles, devenait pareil à une morne folie. Quand elle était loin de lui, elle se torturait l'esprit à imaginer ce qu'il faisait, où il était, avec qui ? Quand elle reposait dans ses bras, l'angoisse du lendemain était si forte qu'elle pénétrait peu à peu sa joie comme un lent poison. Sur son coeur, sous la chaleur de ses caresses, elle avait toujours présente à la mémoire l'heure qui s'écoulait (la dernière peut-être ?) si vite, si vite. ..Lorsque je suis avec toi, mon cœur brûle d'amour et la vie semble belle et douce, mais les jours passent tellement vite que je voudrais pouvoir arrêter le temps et rester là, blottie dans tes bras, pour toujours.Un homme laid avec de l'argent a souvent à son bras une belle dame qui est prêt à dépenser.J'écris Lucile avec mes yeux d'enfant grandie trop vite, j'écris ce mystère qu'elle a toujours été pour moi, à la fois si présente et si lointaine, elle qui lorsque j'ai eu dix ans, ne m'a plus jamais prise dans ses bras.Un herboriste, nommé Gaston, rentrant chez lui surprit sa femme dans les bras de son voisin. N'écoutant que sa colère, notre homme armée d'une épée allait se jeter sur son indigne rival, lorsque l'épouse coupable, pour protéger les jours de celui qu'elle aimait, vint héroïquement se placer entre son mari et son amant : — Que vas-tu faire, Gaston ? lui cria-t-elle en arrêtant violemment le bras de son mari,malheureux ! tu ne vas pas tout de même tuer le père de tes enfants !Elle serre en ses bras les fils qu'elle a nourris ; son être maternel se fond dans sa tendresse ; son regard est un soin, son geste une caresse ; son âme en ses baisers vient sur leurs fronts chéris.